lundi 5 décembre 2011

Nouveaux sites actifs




Bonjour !
Comme vous pouvez le constater, ce blog n'est plus actualisé, pour continuer à suivre les infos de groupes actifs en région parisienne, issus en partie de (l'ex) Béton Armé, nous vous engageons à aller sur ces blogs :

Celui du groupe Regard Noir : http://regard-noir.blogspot.com/


Pour ceux qui habitent autour de Montreuil (ou qui s'intéressent à ce qui se passe dans cette ville)
--> http://groupefamontreuil.blogspot.com

Le Groupe Quartier Pirate --> Ici

Et celui de Regard Noir -->

A bientôt dans les luttes !

jeudi 26 mai 2011

Manif antiraciste le 28 mai




CONTRE L’EXPLOITATION ET LES POLITIQUES XENOPHOBES
Ensemble, nous sommes en lutte

Pour agir concrètement contre les politiques racistes et xénophobes, il faut sortir des grandes proclamations humanistes, pour poser les enjeux précis, savoir de quoi on parle. Mercredi 11 mai sont passées au Parlement de nouvelles attaques contre les personnes immigrées. De cet ensemble de mesures, on retiendra d’abord le durcissement des conditions d’obtention du titre de séjour « étrangers malades », la menace de démantèlement par la force des campements de fortune, la restriction du droit d’asile, mais aussi des dispositions légales intrusives pesant sur les mariages mixtes, ou l’obligation de suivre un « cours d'intégration », sanctionné par un examen, pour les candidat-e-s à la naturalisation… Ainsi, le pouvoir cherche par tous les moyens à rendre encore plus difficile l’accès des immigré-e-s à un statut légal.
Il faut saisir les enjeux économiques des politiques xénophobes. La mise en place d’un espace d’exclusion du Droit pour les migrants pauvres a pour fonction centrale de permettre une forme de « délocalisation sur place » dans les secteurs non délocalisables (bâtiment, restauration, travaux publics…). L’évolution actuelle le montre bien : l'exonération de sanctions pour les employeurs de "bonne foi" assouplit les conséquences de la politique xénophobe pour le patronat, tandis que les attaques sont toujours plus fortes contre le prolétariat.
Les dirigeant-e-s cherchent à déguiser ces manœuvres qui tirent vers le bas les conditions de travail et de vie des classes populaires en ranimant le vieux discours raciste et nationaliste (comme nous l’avons vu lors du débat nauséabond sur l’identité nationale). Un amendement de la Droite Populaire remettant en question le droit du sol a ainsi été adopté par la majorité du parlement : les enfants de parents immigrés qui acquéraient de droit la nationalité à leur majorité devront désormais faire une demande écrite de certificat de nationalité.
De l’illégalisation du prolétariat immigré à sa criminalisation, il n’y a qu’un pas, franchi avec le passage à l’enfermement des migrant-e-s, et la création des centres de rétention par le PS en 1981. Les nouvelles mesures adoptées au Parlement durcissent encore les conditions de rétention : intervention du juge retardée de 2 à 5 jours, mise en place de zones d'attente mobiles, durée maximum d’enfermement en CRA prolongée de 32 à 45 jours. La fermeture des centres de rétention n’est pas négociable : battons-nous pour leur abolition, et sabotons par tous les moyens la machine à expulser.
Contre les idées et politiques racistes, pour parvenir à une égalité réelle et au respect des différences culturelles, mettons en avant la solidarité dans la lutte contre l’exploitation et les dominations. Les luttes sociales décrédibilisent et marginalisent les politiciens racistes et leurs idées. Aux côtés de tou-te-s nos camarades en lutte, nous voulons « des papiers pour tous ou plus de papiers du tout » (dans la perspective de l’abolition des frontières, et de la libre circulation des personnes). L’exploitation des travailleurs-ses sans-papiers est notre problème à tou-te-s, ne les laissons pas nous diviser : avec ou sans papiers, battons-nous ensemble contre l’exploitation!

FEDERATION ANARCHISTE
Membre de l’Internationale des Fédérations Anarchistes


Vendredi 27 mai : manif anti G8


La Fédération Anarchiste appelle à la formation d'un cortège libertaire le 27 mai, contre le G8, ici comme là bas, Au Nord comme au Sud, nos vies ne sont pas des marchandises !

lundi 23 mai 2011

Une réussite !



La manifestation pour l'autogestion a réuni plus de 300 personnes ce samedi dans les rues de Paris.
Une jolie balade entre Belleville, la rue Ste-Marthe, où se trouvent l'ancien local de la CNT en exil et la Rotisserie, cantine autogérée (menacée d'expulsion), la rue du faubourg du temple, et République. Se sont succédés des slogans prônant l'autogestion comme alternative au capitalisme, à l'Etat, aux patronat,... Puis arrivés à la bourse du travail, divers représentants d'initiatives autogestionnaires ont pris la parole : Lycée autogéré de Paris, des AMAP, La conquète du pain ( boulangerie coopérative montreuilloise),...
Cette manifestation marquait la clôture d'une série d'initiatives lancée par la Fédération Anarchiste sur le thème de l'autogestion ce mois-ci un peu partout en France : débats, projections, partages de savoirs et d'idées,...
Nous nous félicitons du succès rencontré, des échos nombreux et positifs pour cette initiative, et nous saluons tous ceux et celles qui se sont joints à nous tant dans l'idée que dans les faits.
Mais les révolutions ne se nourrissant pas que de slogans, il reste beaucoup à faire.
A bientôt donc et à la Révolution Sociale !



On parle de nous dans la presse : http://www.lesinrocks.com/actualite/actu-article/t/65527/date/2011-05-21/article/la-federation-anarchiste-manifeste-pour-lautogestion/
et http://www.paris.maville.com/actu/actudet_-Manifestation-anarchiste-a-Paris-pour-faire-connaitre-l-autogestion_dma-1805182_actu.Htm?xtor=RSS-4&utm_source=RSS_MVI_paris&utm_medium=RSS&utm_campaign=RSS

vendredi 20 mai 2011

Demain !



Soyons nombreux demain à l'appel de la Fédération Anarchiste ! Toutes et tous à Belleville à 14h30, ensemble pour l'Autogestion ! L'autogestion généralisée de la société, la seule alternative sociale crédible et réaliste.

mercredi 18 mai 2011

Communiqué de la Fédération Anarchiste sur la répression en Grêce

11 mai : violente répression policière contre le mouvement social en Grèce.

Le 11 mai, un appel à la grève générale a été lancé en Grèce. La manifestation a été brutalement réprimée à Athènes. Cette attaque policière survient dans un climat de tension : inculpation de 3 militants pour des faits qui se sont passés le 5 mai dernier (mort de 3 employés de banque dans un incendie suite à une manifestation contre la crise et les mesures d'austérité), attaque par les fascistes des lieux occupés. Lorsque la manifestation, regroupant plusieurs dizaines de milliers de
personnes, a débuté, la police a attaqué violemment le cortège libertaire et les syndicats de base. Il y a eu plusieurs blessés et des dizaines d'arrestations. Un manifestant est entre la vie et la mort. Le gouvernement grec est accusé de tentative de meurtre par les manifestants. La Fédération anarchiste apporte son soutien aux manifestants, aux mouvements sociaux et aux groupes anarchistes impliqués dans la lutte contre les mesures de régression sociale imposées par le gouvernement grec et le FMI. Nous condamnons la répression policière et la violence étatique. Nous soutenons le mouvement anarchiste grec, qui comme dans d'autres pays, construit les nouvelles formes de résistance sociale.

jeudi 12 mai 2011

Nous étions à la manif antifa du 8 mai 2011

Nous y étions, certainEs d'entre nous ont participé au service d'ordre, d'autres ont tenu banderoles et drapeaux, de toutes façons nous étions là et bien là pour dire aux fascistes que la rue ne leur appartient pas.

video
(un pti doc fait sur la manif, avec l'interview d'un camarade du SCALP-REFLEXes)

Nous serons toujours là pour nous opposer au fascisme !
No Pasaran !

lundi 9 mai 2011

Soutien aux tunisiens !



Il y a peu encore, la plupart des partis politiques français encourageaient officiellement le changement de régime en Tunisie. On se réjouissait de ce que les Tunisiens allaient découvrir la démocratie, et pouvoir profiter des droits et libertés qui l'accompagnent.

Il faut croire que ces bienfaits, même en démocratie, restent très limités, puisque des milliers de Tunisiens ont choisi de quitter leur pays depuis, et que ces acquis n'ont pas réussi à passer la frontière avec eux.

Paris, le 27 avril, premier appel à soutien contre une rafle policière de Tunisiens à la Villette. Le 28, ça recommence ; puis le 29. On apprend que certains se sont réfugiés à la CIP (coordination des intermittents et précaires d'Ile de France), Quai de Charente, que ceux-ci les ont accueillis, et que s'organise une réponse offensive.

Le 1er mai, le collectif créé entame l'occupation d'un bâtiment municipal du XIXè au 51 rue Simon Bolivar.

L'ambiance est très tendue avec la police, des groupes en civil tournent constamment dans le quartier. Pendant ce temps là, au 51 on s'organise collectivement, et des soutiens viennent, apportent des couvertures, de la nourriture, des conseils juridiques, ou simplement leur présence. Il y a d'abord 70 Tunisiens, puis bientôt 150, puis 200, puis 300. Ils décident de refuser la proposition de la mairie de loger pour un mois certains d'entre eux. Ils demandent le droit de rester tous, de travailler et de vivre légalement.


Le 4 mai, la mairie décide de mettre fin à l'occupation par la force. De même que l'UMP avait proposé d'envoyer des forces de maintien de l'ordre en Tunisie pour la sécurité des manifestants, le PS envoie la CRS pour le bien des migrants qui occupent un immeuble dangereux.




Le 4 mai, donc, rue Simon Bolivar, plus de 400 gendarmes, CRS et policiers. Nous y étions, le spectacle est choquant, la mécanique policière est parfaitement huilée. Mais le courage et l'ingéniosité de tunisiens et de soutiens fera libérer quelques migrants. On filme les présents, puis on bloque le quartier pour pouvoir défoncer les portes, charger, matraquer et embarquer en paix.

Résultat: 138 arrestations, et une petite allocution de Guéant assurant qu'on libérait des places en CRA.



Depuis, la lutte continue. Le collectif des tunisiens de Lampedusa à paris occupe actuellement un gymnase au 100 de la rue de la fontaine au roi (métro Couronne).

Pour plus d'informations sur le sujet, le site d'Indymedia Paris est un bon relai.
Ce site là est pas mal non plus : http://www.cip-idf.org/article.php3?id_article=5623


Abolition des frontières - liberté de circulation - fermeture des centres de rétention

dimanche 8 mai 2011

21 mai : Manif pour l'autogestion !

Une alternative, ça se construit !



Durant le mois de mai, la Fédération anarchiste organise des évènements et initiatives autour de l'autogestion. Une façon pour nous de ne plus nous contenter de lutter contre telle ou telle chose, mais de mettre en avant ce que nous proposons.
L'autogestion nous apparaît comme un des éléments incontournables des idées libertaires. Une idée qui, ici et là, se réfléchit, se discute, s'expérimente.

Le 21 mai 2011, la Fédération anarchiste organise une manifestation pour faire connaître les théories et pratiques autogestionnaires.

Cette manifestation sera l'aboutissement d'une semaine de débats, projections, mobilisations diverses autour de l'autogestion.

Hasard du calendrier, cette journée de mobilisation tombe le même jour que la réunion du G8 au Havre. Raison de plus pour nous de faire le lien entre leur monde, leur système, et notre volonté de bâtir une autre société sur des bases libertaires.

Le départ de cette manifestation aura lieu le 21 mai 2011 à 14H, métro Belleville, à Paris.

Depuis avril jusqu'au 21 mai dans le Monde Libertaire : une série de textes et articles sur l'autogestion paraîtront régulièrement sur le thème de l'autogestion.

7 mai : MERLIEUX
Projection du film "Water makes money" suivie d'un débat sur la privatisation de
l'eau.
18h à la Bibliothèque Sociale de Merlieux
Entrée libre et gratuite.
A l'initiative du groupe Kropotkine de la Fédération anarchiste
http://kropotkine.cybertaria.org/

13 mai : PARIS
Projection du documentaire "Les moissons de la révolte" puis discussion autour de l'autogestion, en théorie et en pratique.
20h00, à la Bibliothèque La Rue (10 rue Robert Planquette, Paris)
A l'initiative du groupe Salvador-Segui de la Fédération anarchiste
http://groupe-segui.blogspot.com/



17 mai : 89.4 Mhz sur les ondes en région parisienne et partout ailleurs sur internet
émission spéciale sur Radio Libertaire.
Emission en direct autour de l'autogestion et de la manifestation du 21 mai à Paris.
Des invités seront en studio, et des communications en direct avec des initiatives autogérées auront lieu.
En direct sur les ondes en région parisienne et dans le monde entier sur internet.
http://media.radio-libertaire.org/

18 mai : POITIERS
Rencontre-débat « L'anarchisme ».
L'homme n'est ni bon ni mauvais par nature, il se construit à travers les modes de relations sociales, intimement liées à des choix politiques et économiques. L'anarchie n'est pas l'absence de règles (anomie). L'anarchisme prône « l'ordre, moins le pouvoir », c'est-à-dire des modes d'organisation sociale structurés, ET débarrassés de la contrainte et de l'exploitation entre les individus.
A 20H30 au plan B, 30-32 boulevard du grand cerf, 86000 Poitiers

A l'initiative du groupe Pavillon noir de la Fédération anarchiste.
http://pavillon.noir.over-blog.fr/

20 mai : SAINT DENIS
Projection du documentaire de Didier Zyserman : Nosotros del Bauen.
Dans le coeur de Buenos Aires, l’hôtel Bauen, fut construit sous la dictature militaire, pour accueillir la coupe du monde de football. Durant 25 ans, ses employés ont servi l’élite argentine et accueilli les touristes venus du monde entier. Depuis mars 2003, ils travaillent en autogestion, se partageant les tâches et les salaires, votant lors des assemblées générales toutes les décisions les concernant. Elena, Osvaldo, Santiago, Marcello, sont quelques-uns des employés de la coopérative. Ils luttent aujourd’hui contre leurs anciens patrons, désireux de récupérer l’immeuble à leur profit. Droit au travail contre droit à la propriété, quelle légitimité l’emportera ?
À partir de ce lieu unique, témoin de l’histoire tourmentée de l’Argentine, s’expérimente, chaque jour, le travail sans patron. Le film plonge au cœur de l’autogestion et rend compte de l’Argentine d’aujourd’hui.
En présence du réalisateur.
À 19h30 au 4, Place Paul Langevin à Saint-Denis.
Métro ligne 13 Station Basilique-Hôtel de Ville.


A l'initiative du groupe Henry POULAILLE de la Fédération anarchiste de Saint-Denis

21 mai : LE MANS
Rencontre-débat « Les pratiques libertaires actuelles sont-elles autogestionnaires ? »
A 16h à l'Epicerie du pré, 31 rue du Pré, 72000 Le Mans

A l'initiative du groupe groupe Lairial de la Fédération anarchiste

21 mai : PARIS
Manifestation pour l'autogestion : « Une alternative, ça se construit ! »

Départ à 14h à Paris, métro Belleville.

lundi 2 mai 2011

Un bien beau premier mai anarchiste !

Un gros cortège FA, de façon générale, un gros cortège libertaire, compact, dynamique, divers. En un mot un bien belle manif !



Après la traditionnelle manif qui descendait depuis la Place des Fêtes jusqu'à République a accueilli tout plein de gens, le cortège de la CNT ouvrait la marche, suivit pas le cortège de la Fédération Anarchiste (dont les deux banderoles annonçaient la couleur : "Kill Capitalism" et une autre représentant un "Pacmanarchy" mangeant le capitalisme et l'état), celui de nos amiEs d'AL fermait la marche.



Ensuite, nous avons rejoint notre point fixe sur la grosse manif syndicale, où, en plus des affiches, Monde Libertaire et autres tracts, nous proposions aussi des victuailles, prix libres bien sur, faient par le Groupe Tous les Maquis de la Fédération Anarchiste et le pain par la boulangerie Bio et autogerée "La Conquête du Pain" (où nous vous conseillons d'aller, rue de la Baune à Montreuil Sous).

jeudi 28 avril 2011

21 mai : Manif pour l'autogestion !



Le groupe béton armé sera et invite tout le monde à venir à la manifestation fédérale sur l'autogestion ! Plus d'infos bientôt.

N'oublions pas non plus le premier et les 6 et 8 mai.

Meeting et manif antifa les 6 et 8 mai 2011 à Paris



Tandis que le Front national occupe le devant de la scène médiatique et s'évertue à se « dédiaboliser », des groupes d'extrême droite plus ou moins organisés alimentent la rubrique des faits divers : « descentes » racistes dans des lycées ou des quartiers, agressions de militants du mouvement social, attaques de rassemblements en soutien aux sans-papiers, concerts néo-nazis…

Tous les 9 mai, depuis plus de 15 ans, c'est cette extrême droite-là, dont le seul discours est la violence, dont la seule arme est la peur, qui se pavane dans les rues parisiennes, drapeaux à croix celtique au vent et slogans racistes à la bouche.

À plusieurs reprises par le passé, des contre-rassemblements antifascistes ont empêché leur défilé, et leur ont rappelé que la rue ne leur appartient pas.

Cette année encore, nous appelons tou(te)s les antifascistes à manifester pour dénoncer non seulement la parade fasciste de ce jour-là, mais surtout plus largement pour rappeler que seule la solidarité, l'action collective et la résistance en actes sont efficaces contre le climat de terreur et de tension sociale que cherchent à imposer ces groupes d'ultra-droite.

Barrons la route à l'extrême droite !

mardi 19 avril 2011

Un peu d'histoire : Les Diggers

Parce qu'il existe, qu'il est parfois méconnu, même parmi nous, parce nous sommes un petit peu ses héritierEs, il est bon parfois de connaitre son passé. Pour ne pas refaire les mêmes erreurs, pour refaire ce qui a été bien, il faut connaitre son passé. Mais s'il faut le connaitre, il ne faut pas tomber dans le passeisme, il ne faut pas essayer de le reproduire à l'identique, juste s'en inspirer ou en tirer les leçons. Voir juste apprendre pour apprendre, car le savoir n'est pas nécessairement utile, il peut être plaisant en lui même, mais là n'est pas notre propos aujourd'hui.

Aujourd'hui, nous allons parlé d'un épisode méconnu de l'Histoire de la Guerre civile anglaise, nous allons parlé de ceux que l'on a appelé "the diggers" ou "les bécheurs".

video

Le premier avril 1649, un groupe de journaliers (ouvriers agricoles travaillant en "CDD" de un jour, cherchant tous les matins un travail) se rassemble a St Georges Hill (au sud de Londres) pour dire que « c'est indéniablement affaire de justice que le peuple travailleur puisse bêcher, labourer et habiter sur les communes, sans avoir à louer ni a payer une redevance à quiconque ». Il faut noter que ce 1er avril était un dimanche, et s'ils l'ont choisi, c'est pour marquer leur opposition à l'Église !
Ils prennent la terre, cassent les barrières, abolissent l'argent entre eux et décident de cultiver sans rendre de compte à qui que ce soit. Ils pratiquent ce qu'on pourrait aujourd'hui appeler "le communisme anarchiste".
Mais ils sont massacrés au bout d'une grosse année par les seigneurs locaux et l'armée, qui ne voient pas d'un bon oeil cet expérience.
Plus tard, d'autres pratiqueront ce communisme immédiat, notamment en Italie, en prenant des villages et en y proclamant le communisme.

Ils n'avaient lu ni Kropotkine, ni Boukounine et encore moins Proudhon. D'ailleurs, ces "Diggers" ne savaient, pour la plupart, ni lire ni écrire. Cela ne les a pas empêché d'appliquer leurs théories longtemps avant leurs naissances. Cette histoire nous montre que l'idée libertaire est la plus logique, que spontanément, quand les humains subissent une oppression, dès qu'ils en ont conscience, ils cherchent à la détruire.
Aussi, souvenons nous de ces hommes qui défièrent l'Etat, l'Eglise et les seigneurs !
You noble Diggers all, stand up now !

vendredi 15 avril 2011

Hors série du Monde Libertaire

A l'occasion des 101 ans de la CNT espagnole, le (fabuleux) Monde Libertaire sort un Hors-Série exceptionnel ! Le groupe Béton Armé t'enjoins (toi, oui toi qui lis ça) à te le procurer dans les plus brefs délais car il est tout bonnement excellent. Le Monde Libertaire nous avait habitué à un haut niveau, c'est un journal de très très haut niveau !




Bien entendu, vous pouvez vous le procurer à Publico (145 rue Amelot, 75011) ou alors le dimanche, au marché de Bastille, où le groupe Béton Armé vend le Monde Libertaire.

A bientôt dans les luttes !

Ps : Dans l'ensemble, nous vous engageons à lire le Monde Libertaire de façon hébdomadaire, le dernier notamment est vraiment excellent.

mardi 12 avril 2011

Premier mai de lutte, premier mai qui manifeste, premier mai anarchiste !




Le groupe Béton Armé invite touTEs ses sympatisantEs à nous rejoindre, à midi à Place des Fêtes (dans le 19ème), à la manifestation anarchiste du premier mai, viendez avec vos amiEs et vos drapeaux noirs !

lundi 11 avril 2011

Comuniqué de la Fédération Anarchiste : Arrêt immédiat du nucléaire ! Sortie immédiate du capitalisme !

Comme si les conséquences du séisme qui vient de causer la mort de dizaines de milliers de personnes au Japon ne suffisaient pas, l’horreur nucléaire vient se surajouter à la désolation.

Comme leurs homologues après les catastrophes de Three Mile Island, de Tchernobyl, les autorités japonaises ont choisi de minimiser l’importance du danger, sacrifiant ainsi aux intérêts présents du lobby nucléaire la santé des générations futures. Combien d’autres événements du même ordre devront-ils se reproduire pour que cessent les mensonges ? Combien de cancers de la thyroide tueront-ils les irradiés de mars 2011, et ceux qui les suivront ? Combien d’hectares de terres agricoles seront-ils contaminés pour des milliers d’années ? Combien de personnes devra-t-on déplacer, combien d’autres, trop pauvres, mourront-elles à petit feu sur place ?

Ainsi, les populations japonaises expérimentent les deux faces de la nocivité de l’énergie atomique : le traumatisme causé par le nucléaire militaire américain à la fin de la seconde guerre mondiale égale en horreur celui des conséquences prévisibles de l’accident de la centrale civile de Fukushima.

Pour la Fédération anarchiste, Le nucléaire génère des sociétés fondées sur l’autoritarisme policier et désaissit les populations du libre choix de leur mode de vie, de leur façon de produire et d’utiliser l’énergie. Les japonais y sont hostiles, tout comme une immense majorité des opinions publiques mondiales, il est donc plus que temps que s’étende à l’échelle globale la lutte contre les apprentis sorciers qui imposent l’atome à ceux qui n’en veulent pas.

Les problèmes énergétiques ne peuvent se résoudre que par la disparition du système économique qui les engendre, qui fait que certains gaspillent l’énergie alors que d’autres en manquent cruellement. Seule une révolution sociale peut faire disparaître AREVA et ses protecteurs étatiques, seule une révolution sociale peut créer les conditions d’une utilisation autogérée plus rationnelle et plus sobre des ressources naturelles. La Fédération anarchiste continuera à oeuvrer en ce sens.

Fédération anarchiste

mardi 5 avril 2011

Manif antifa samedi 9 avril 2011



Nous serons et nous vous appelons à venir à la manifestation unitaire à Lyon contre le fascisme !

Le fascisme ne passera pas !
фашизм не проидёт !
Il fascismo non passera !
No pasaran !
They shall not past !
Gegen Faschismus !

samedi 26 mars 2011

Anarchist Black Cross

Dans le cadre de la tournée de soutien à l'anarchiste black cross belarus, nous vous convions à ces deux journées

jeudi 24 mars 2011

Vente du Monde Libertaire


Tous les dimanches de 11h30 à épuisement du stock, depuis maintenant deux mois, le groupe Béton Armé vend le super journal (que nous vous encourageons à lire chaque semaine, et pas juste parce qu'il est édité par notre organisation, mais aussi et surtout parce qu'il est excellent) de la Fédération Anarchiste au marché de Bastille.

Si vous souhaitez nous rencontrer, filer un coup de main, discuter, c'est le moment !

Bien entendu, le ML reste en vente chaque jeudi dans tous les bons kiosques.

La police assassine !



Nous étions, samedi 19 mars, à la manif contre les violences policières.
Manifestation en mémoire de tous ces gens qui sont morts pour rien. Morts parce que leur tête ne revenait pas aux condés. Morts parce qu'ils n'avaient pas de papiers. Morts parce qu'ils avaient fui.
Nous pensons que le problème n'est pas tant les moyens de la police que son existence même. Cette force sera toujours là pour défendre cette société pourrie. Par tous les moyens.

Mais nous avons quitté cette manifestation suite à l'intervention de quelqu'un au micro qui appelait au renvoi des "brebis galeuses qui déshonorent cette institution indispensable qu'est la police". Nous ne pensons pas que ce sont quelques brebis galeuses qui déshonorent la police. Nous pensons que l'existence de la police déshonore le genre humain.



Nucléaire ? Non, vraiment, merci mais non merci !


On veut pas tomber dans le "on vous l'avez bien dit", mais quand même, on vous l'avait bien dit que le nucléaire c'était de la merde !
Parce qu'entre les dechets dont on ne sait toujours pas quoi faire (sympa pour les générations futures ça), les risques d'explosion et les dangers lors de l'extraction des matériaux, le nucléaire est vraiment dangeureux. N'en déplaise à nos dirigeants.

On l'a vu au Japon. Mais il n'y a pas besoin d'être sur une faille pour que ce soit dangeureux, en effet, Tchérnobyl n'était sur aucune faille. Une erreur humaine est toujours possible. De même, un avion ou un truc comme ça qui s'écrase sur une centrale et BADABOUM. Donc nous réitérons : Nucléaire ? Non merci !

Voilà pourquoi nous étions au rassemblement dimanche 20 mars contre le nucléaire.


Nous serons toujours là pour dénoncer les méfaits du nucléaire !

Soirée de soutien aux zapatistes



Cette année, "nos" dirigeants ont choisi de célébrer le Mexique. Dans les programmations officielles prévues à cet effet, aucune ne semble traiter des luttes sociales et politiques qui ont lieu depuis des années dans ce pays qui, en 1910, inaugura la première révolution du XXe siècle. Du coup, le vendredi 29 avril 2011, le groupe Salvador-Segui organise une soirée zapatiste autour d'une projection du superbe film d'Elia Kazan, Viva Zapata ! et d'un petit topo sur l'état des luttes zapatistes et de leur répression actuellement au Mexique. Ça se passera à la bibliothèque anarchiste La Rue (10,rue Robert-Planquette, 75018 Paris) à 20h00. Exceptionnellement, un prix d'entrée est fixé à 2 euros afin de soutenir le Comité de soutien des peuples du Chiapas en lutte (CSPCL) qui recevra l'intégralité des fonds récoltés ce soir là.

Compte-rendu Manif anti sexiste

Tout d'abord, un petit désolé collectif pour le retard de publication du à un caffouillage, mais nous revoilà sur internet !

Donc tout ça pour dire que nous étions, le 5 mars dernier à la manif anti-sexiste. Nous y étions car aujourd'hui encore l'idée d'égalité hommes-femmes est loin d'être acquise, même parfois chez les militants, il était donc bon de rappeler que la question du sexisme n'est pas et ne sera jamais secondaire.
Mais nous ne nous leurrons pas, la lutte anti-sexiste est une lutte de tous les instants, ce n'est pas une manif qui changera tout et l'égalité réelle ne pourra se réaliser sans Révolution sociale et libertaire.



Pas de Révolution Sociale sans libération des femmes !
Pas de libération des femmes sans Révolution Sociale !

mardi 1 mars 2011

Conférence sur le sexisme



Masculin FEMININ

Le mercredi 9 mars à 19h45 est à cocher illico sur vos agendas.
Au lendemain de la "Journée de la Femme", ce sera en effet l'occasion, ce soir-là, d'assister à la 7eme conférence gesticulée conçue et interprétée par la Scop Le Pavé. Frank Lepage nous avait offert deux de ces conférences, Inculture(s) 1 et 2. Cette fois, il met en scène cinq de ses coopérateurs dans un Inculture(s) sous-titré "une autre histoire du sexisme", et qui part d'une double question a priori assez élémentaire : Qu'est-ce qu'un homme ? Qu'est-ce qu'une femme ?

Le lieu : la Belle Etoile, théâtre bien investi par la Compagnie Jolie Môme, au 14 rue Saint-Just, dans le quartier de la Plaine St-Denis.

Et comme d'habitude pour ces spectacles, l'entrée est gratuite et la sortie à prix libre : un chapeau sera mis à contribution pour recevoir la vôtre, le tout allant intégralement aux artistes. Mais on récupèrera le chapeau.

Pour en savoir plus : http://www.dionyversite.org/
http://www.scoplepave.org/


(A ce propos, les gens du pavé font d'autres conférences à paris en ce moment, plus d'infos sur leur site)

lundi 28 février 2011

Débat sur l'éducation




Le vendredi 4 mars 2011, le groupe Salvador-Segui organise une conférence/débat autour de l'éducation et de la pédagogie libertaires. Pour l'occasion, Hugues Lenoir, militant du groupe Pierre-Besnard de la Fédération anarchiste et auteur, notamment, du livre Éducation, autogestion, éthique (paru aux Éditions libertaires) sera notre invité et le principal animateur. Ça se passera à la bibliothèque anarchiste La Rue (10, rue Robert-Planquette, 75018 Paris) à 20h00.

lundi 14 février 2011

Communiqué fédéral en soutien et salutation au peuple egyptien

Après la Tunisie, le peuple égyptien vient à nouveau de nous prouver que la révolution est possible, une révolution non-violente, issue des classes populaires, de la jeunesse en colère. Après 18 jours de mobilisation intense et éreintante, face à la violence du pouvoir en place, face à l’incertitude des lendemains, le peuple égyptien a réussi à se débarrasser du dictateur en place depuis 30 ans. Même si nous ne devons pas sous-estimer les petits arrangements en coulisse (CIA), une de raisons de cette victoire tient sans doute au passage d’un mouvement de contestation centralisé sur la place Al Tahrir à un mouvement de grève générale, à une insurrection généralisée dans toutes les régions d’Égypte. Les formes de résistance et d’auto-organisation du peuple peuvent, à présent, servir de base à la construction d’un nouveau système d’organisation sociale en Égypte et ailleurs, un système basé sur la répartition égalitaire des richesses, sur la liberté d’expression, d’association, sur le respect des droits de chacun.e, sur le refus de la discrimination et de l’exploitation. Nous serons, pour notre part, vigilant.e.s à ce que ni les gouvernements occidentaux, ni les différents groupes de pression politique et/ou économique, ni les chefs de partis – notamment tous les anciens membres du parti au pouvoir – ni les forces religieuses de l’islam politique ne volent cette victoire du peuple égyptien dans la construction de son autonomie.

mercredi 9 février 2011

Décorations urbaines

Un peu de déco, de messages, non signés cette fois.









A bientôt dans la rue !

mardi 1 février 2011

Solidarité anationale

Et la "contagion", comme disent les médias, se poursuit !
Après la Tunisie (où d'ailleurs la Révolution n'est pas achevée mais on en parle plus) et l'égypte, c'est au tour des peuples Syrien, Jordanien et Yéménite de manifester son opposition à la dictature !

Il est intéressant de voir les réactions des partis tunisiens après la chute de Ben Ali, eux qui n'ont joué quasiment aucun rôles dans cette victoire populaire viennent tout de suite, tels des charognards, tenter de récupérer ce mouvement auto-organisé. Mais les milices de quartier, les assemblées populaires, c'est pas vous qui les avez organisés, alors merci, mais non merci !

Il est aussi intéressant de voir celle des médias, qui n'ont que les islamistes à la bouche, qui n'ont de cesse de rappeler qu'ils existent ("tous les partis d'opposition ont été autorisés, dont les islamistes"), pour nous faire peur, pour qu'on ait moins envie de les soutenir.

Mais nous soutenons ces peuples en lutte, nous leur assurons notre respect pour leurs luttes et notre mépris pour leurs dirigeants ou ceux qui rêvent de l'être.

lundi 31 janvier 2011

Soutien Egypte

Vive la lutte du peuple egyptien !


Vendredi et samedi, nous étions aux rassemblements de soutien au peuple egyptien en lutte.

mercredi 26 janvier 2011

Après Ben Ali, à qui le tour ?



Depuis quelques jours maintenant, le peuple égyptien se soulève lui aussi ! Moubarak, leur dirigent - réélu successivement depuis 81 avec en général plus de 80% des voix (faut dire, quand on est le seul candidat ...) - a interdit les manifestations qui secouent ce pays. Mais le peuple a compris qu'il y a la loi d'une part et la justice d'autre part et maintient quand même ces manifestations qui ont occasionné plusieurs morts déjà.
Nous soutenons ce peuple ! Solidarité antinationale !

Nous n'oublions pas non plus nos frères et soeurs algérienNEs qui eux/elles continuent à lutter contre la dictature dans l'indifférence la plus complète de nos dirigeants et dans le silence assourdissant des médias dominants (bah oui, faudrait pas nous donner des idées).

D'ailleurs, nos chers dirigeants se sont subitement mis à soutenir les tunisiens ... il y a trois jours ! Juste après le départ de Ben Ali.
Preuve de plus que nous n'avons rien à attendre d'eux ! Nous n'aurons que ce que nous saurons prendre ! Il ne faut pas attendre qu'ils soient gentils avec nous en leur demandant des trucs, ils ne le seront jamais !

Nous tenons à rappeler notre solidarité avec TOUS les peuples opprimés, qu'ils soient en lutte, victorieux, ou non. Nous serons toujours du côté de la Liberté et de l'égalité.

mardi 18 janvier 2011

Débat sur le syndicalisme




Contrairement à ce qui est annoncé sur l'affiche, le débat aura lieu le quatre fevrier.
Venez nombreux !

samedi 15 janvier 2011

Lu sur une pancarte :"Le peuple tunisien propose son expertise au peuple français"

Ce jour, nous étions 10 000 à salué le peuple tunisien, qui, après un mois de révoltes, de manifestations rassemblant toutes les parties de la population et près de 70 morts, a réussi à chassé Ben Ali !
Ce peuple, après grâce à une lutte acharnée a réussi à faire tomber un tyran au pouvoir depuis 23 ans !
Nous ne pouvons que le saluer !



Nous reprenons ici le communiqué du groupe Salvador Ségui (dispo ici : http://groupe-segui.blogspot.com/

Cette semaine est une semaine importante pour le peuple tunisien et, plus globalement, pour tous les peuples du monde : une dictature est tombée sous la pression d'une rue massivement occupée par un désir inébranlable de liberté. Organisée en dehors des partis et des organisations religieuses, cette révolution tunisienne est venue à bout d'un régime autoritaire installé depuis plus de 54 ans par Habib Bourguiba puis Ben Ali. Le peuple, uni, a été plus fort que les balles d'une police qui, fidèle à ses raisons d'être, aura tué plus de 80 manifestants en moins d'une semaine. Malgré la peur, malgré les gaz, les matraques et les fusils, malgré les "états d'urgence" liberticides, les Tunisiens sont parvenus à faire plier l'État et à se libérer de leur tyran.
Si la joie et l'espoir envahissent aujourd'hui le cœur des révoltés et révolutionnaires du monde entier, le plus dur est encore à venir : construire une nouvelle société. Il ne reste plus qu'à espérer que les politicards et les religieux de tous poils ne récupéreront pas le mouvement, que les étudiants et diplômés - présentés comme les principaux instigateurs de la révolte - ne se transformeront pas en une nouvelle élite "intellectuelle", mais que, bien au contraire, le peuple tunisien saura jeter les bases d'une nouvelle société, libérée de l'oppression étatique et de l'exploitation capitaliste.

Communiqué fédéral sur la situation au Maghreb

Tunisie, la jeunesse se soulève.
De la révolte à la révolution.

Depuis plusieurs semaines, la révolte gronde et s'exprime dans les rues de Tunisie, mais aussi en Algérie. Ces émeutes ont pris une rage plus
particulière suite à la mort de Mohamed Bouazizi qui s'est immolé pour protester contre la hargne des flics et de l'administration à son endroit.
Son cas est révélateur de l'extrême précarité dans laquelle vit la population, et les jeunes notamment.

En Algérie, au Maroc, en Tunisie, la jeunesse diplômée est au chômage condamnée à de petits boulots, à vivre entre la corruption et la violence
policière. La jeunesse, et avec elle la population entière, a donc décider de descendre dans la rue pour crier son malaise, sa souffrance et son
rejet de cette politique corrompue. Le gouvernement, lui, utilise sa seule réponse qu'il connaisse : la répression violente, faisant plusieurs
dizaines de morts et des centaines de blessés.

Cette répression se passe dans l'indifférence des États occidentaux, dont la France. Ces derniers sont les soutiens des gouvernements autocratiques
du Maghreb, qui se targuent de faire rempart à la menace islamiste, tout en asservissant les populations auxquelles ils dénient le droit de vivre
libres et dignes.

L'avenir de la jeunesse tunisienne, mais aussi des populations du Maghreb, doit se construire contre le pouvoir étatique et religieux.
La Fédération anarchiste apporte tout son soutien aux manifestants et condamne avec la plus vive détermination les violences policières, la
corruption et le silence assassin des « démocraties » bourgeoises.

Partout dans le monde, la jeunesse se met en mouvement contre la pauvreté et la limitation des libertés. Ensemble, nous n'avons plus peur !

Fédération anarchiste

mardi 11 janvier 2011

Solidarité avec les peuples tunisiens et algériens !



Depuis plusieurs semaines, le peuple tunisien lutte, de façon violente, contre son l'État, suite à la mort du jeune homme qui s'était immolé par le feu, en protestation à la police qui lui avait confisqué son étal de fruits et légumes. Il s'appelait Mohamed Bouazizi. Les affrontements on fait plusieurs dizaines de morts. Ce peuple lutte contre cet état qui les prive de perspective, contre ce capitalisme qui les maintient si pauvre dans un pays relativement riche.
Depuis quelques jours, les algériens ont rejoints une lutte similaire, là aussi les affrontements sont très violents.



Et que fait l'état français ? Il propose son "savoir-faire" aux gouvernements de ces deux pays en matière de gestion de manifestation ! Une fois de plus (pour celles et ceux qui en doutaient encore) les états se soutiennent entre eux, contre le vent de révolte qui souffle sur le monde.
Nous soutenons les luttes des peuples tunisiens et algériens ! Nous soutenons les tunisienNEs et les algérienNEs en lutte contre leurs oppresseurs ! Les exploitéEs n'ont pas de patrie, notre solidarité est anti-nationale !

C'est pour cela que nous vous encourageons à venir au meeting de solidarité Jeudi 13 janvier à 18h30 meeting à la Bourse du travail (salle Eugène Varlin) 3 rue du Château d'Eau.

lundi 10 janvier 2011

LOPPSI 2



La loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure est une loi de plus dans l'attirail sécuritaire de l'Etat, celle ci va plus loin (par exemple en instaurant une milice de volontaire, une armée de réserve, mais dans la police) et elle est très vaste, elle attaque sur tous les fronts de la sécurité.
Voici un petit texte explicatif :

Pourquoi lutter contre une énième loi sécuritaire ? Nous ne devrions plus cultiver d'illusions sur les libertés publiques, à l'heure où les dispositifs sur lesquels ces mesures s'appuient sont déjà largement entrés dans la vie quotidienne, où la police est déjà omniprésente. La seule revendication de l'abrogation de cette loi n'offre, il faut bien l'admettre, aucune perspective.

Si nous voulons nous battre contre cette loi, c'est pour ouvrir des perspectives d'émancipation qui réclament d'emblée d'aller plus loin que sa simple abrogation. Pour ceux qui aspirent à la liberté, qui voudraient que leur vie ne se résume pas au respect d'un parcours administratif, pour tous ceux qui tentent de s'en sortir par des voies détournées, cette loi sonne comme une condamnation supplémentaire. Seule une logique s'impose, et elle proclame régulièrement son triomphe en intensifiant son contrôle sur le monde sans rencontrer beaucoup de résistance.

En ce moment même le mouvement social est en pleine effervescence en Europe. En Angleterre, en Italie et en Grèce, les manifestants et les grévistes font face aux lois d'austérité imposés par le gouvernement. En France, il y a quelques semaines seulement, salariés, chômeurs, lycéens et tutti quanti prenaient la rue pour s'élever contre la réforme des retraites, contre la précarité organisée et le recul du moment où l'on s'arrache du travail.

Les réponses des gouvernements sont l'austérité et la sécurité. Ici et là, les luttes, le mouvement social paraissent notre seul horizon viable. Et c'est en reprenant les choses en main, partout, dans nos rues, sur nos lieux de travail, et dans tous les lieux où l'on subit l'oppression, que s'éclaircira notre avenir, nous en sommes convaincus. La liberté ne s'incarne pas pour nous dans la méfiance des uns contre les autres, dans la performance dans un travail qui n'a pas de sens. La liberté prend sens dans l'hospitalité, dans les luttes joyeuses et collectives, dures et déterminées, qui renouent avec les mouvements sociaux de nos anciens.

Les difficultés rencontrées jusqu'à présent pour qu'émerge une opposition à la loi LOPPSI II doivent nous questionner. On a pu, par exemple, constater la faiblesse des vieilles organisations dites de la «société civile», qui n'ont même pas su assumer leur rôle traditionnel de relais d'information et de garde-fou. Effet de la multiplication des lois sécuritaires ou conséquences de formes de pensée et d'action trop déliées des premiers concernés ?

Il nous faut, en tout cas, en prendre acte, et commencer à nous donner de nouveaux instruments de veille, d'information, repenser à nouveau frais la dénonciation du «sécuritaire» et être en mesure d'avancer sur ce terrain sans être pris dans le coup par coup du pouvoir. En apprenant à nous protéger des différents dispositifs policiers (caméras, mouchards informatiques, etc.), nous avons déjà emprunté la voie d'une lutte concrète et immédiate contre la logique sécuritaire, et devons approfondir ce mouvement en mutualisant nos pratiques et en les renforçant à mesure qu'avance cette logique - jusqu'à ce qu'enfin on y mette un terme.

Performer la sécurité intérieure, poésie pour un Noël enflammé

Promulguée en 2002, la Loi d'Orientation et de Programmation de la Sécurité Intérieure (LOPSI) qui voulait définir les orientations nationales des politiques de sécurité, réorganisant à grand frais de moyens humains et financiers, les services de police nationale et de gendarmerie, a connu un tel succès (avec une augmentation d'environ 30% du nombre de gardes à vue, la généralisation des fichages STIC et JUDEX), qu'elle appelait une suite.

Au ministère de l'Intérieur, on nous a donc préparé la LOPPSI II qui sera votée mardi 21 décembre à l'Assemblée nationale et rééxaminée au Sénat en janvier. Un P de plus pour «performance». On entend ainsi performer la sécurité intérieure, c'est-à-dire «augmenter son rendement». Cette loi dont on entend très peu parler devrait pourtant nous inquiéter, ne serait-ce que par cet ambitieux objectif qu'elle se donne ! Ainsi, «performer la sécurité intérieure», c'est achever de transformer la France en un gigantesque commissariat, asseyant encore un peu plus solidement les cadres d'un système que même le Syndicat de la magistrature qualifie de «société du contrôle».

Un système où la vidéosurveillance est généralisée, tout comme le fichage de la population, où votre voisin pourra faire partie d'une sorte de milice policière et votre logement ou votre voiture héberger un mouchard informatique à votre insu, où votre enfant de 13 ans peut se voir imposer un «couvre-feu individuel». Berk ! un monde avec des uniformes partout, où les contrôleurs pourront manu militari faire descendre les dangereux fraudeurs des bus ou rames de métro, un système où la sécurité et l'autorité ne sont plus l'apanage de la «police nationale», puisqu'on privatise la sécurité, et qu'on recrée les milices privées. bref, un environnement jovial et convivial.

Petits éléments de contexte concernant la sécurité intérieure

Cette loi, qui peut être présentée comme un véritable «fourre-tout» avec des volets portant sur des sujets complètement différents, présente en réalité une vraie cohérence qui est la même depuis 2002. De LOPSI à LOPPSI II, pas moins de 9 textes en 8 ans ont défini une nouvelle réalité pénale (c'est à dire un dispositif législatif, des lois, quoi). Le non respect des règles entraîne des sanctions de plus en plus lourdes tandis que des comportements auparavant non condamnés entrent dans la sphère des actes répréhensibles et sanctionnés.

Plus la loi évolue, plus décider par soi-même de ce qui est acceptable ou non et agir en conséquence devient proscrit. L'enjeu pour chacun est sa liberté de mouvement, d'action et d'être. Le 30 juillet lors du discours de Grenoble, Nicolas Sarkozy n'a fait que préciser sa vision de la société. Une vision dans laquelle «l'étranger» et le «délinquant» se confondent. La LOPPSI 2 n'est pas un outil isolé. Son adoption précède de peu celle du projet de loi Besson. Ce texte, adopté en première lecture à l'assemblée le 12 octobre n'est jamais que le quatrième en 7 ans à venir modifier la condition des étrangers en France. C'est l'occasion pour le législateur d'affûter les outils juridiques déjà existants à l'égard des migrants et d'en créer de nouveaux, rendant plus expéditives les procédures éloignement tout en prévenant leur retour en France et plus globalement en Europe.

Les possibilités pour les juges de sanctionner les illégalités des procédures de police lors des interpellations sont réduites tandis que les rafles en masse se banalisent. Certaines pratiques jusqu'alors condamnées par les tribunaux vont devenir acceptables. La majorité des mesures contenues dans le texte aura pour conséquence de précariser davantage la situation de nombreux étrangers et tout particulièrement des sans-papiers dont les chances de régularisation s'amenuisent.

Tout est question de gestion, la figure du délinquant comme celle du «sans-papier» ou du Rrom mène vers un monde de la maîtrise des populations. La police est garante du bon déroulement du vivre ensemble. L'État à travers ses représentants bottés nous protègent de tous ces «autres» potentiellement nuisibles mais aussi de nous-mêmes.


Le 15/01, à Odéon, 14h30, nous serons à la manifestation contre cette loi fasciste ! Venez aussi ! Amenez vos amiEs et vos drapeaux couleur d'espoir.