lundi 14 décembre 2009

Solidarité !


Voilà un communiqué de soutien qui émane de camarades argentins. Nous le relayons et nous le diffusons afin de soutenir leur combat, qui est aussi le nôtre, et qui est celui de toute personne qui souhaite lutter pour être libre.

« Freddy et Marcelo sont deux militants révolutionnaires chiliens persécutés par l’État chilien. Ils sont accusés d’un vol de banque à main armée et de l’assassinat d’un carabinier le même jour. Menacés publiquement de mort par le chef des carabiniers du Chili, ils traversent clandestinement la frontière et ils sont arrêtés en Argentine le 15 mars 2008.
Aujourd’hui, ils doivent purger une peine de trois ans et demi pour port d’arme illégal, et ont été déplacés dans plusieurs pénitenciers successifs afin de couper la relation qu'ils avaient avec les autres prisonniers.
Dans ces différentes prisons ils ont subi tortures et menaces. Ils purgent aujourd'hui leur peine dans la prison de haute sécurité de Neuquen, la capitale de la province du même nom.
En décembre 2009, ils auront purgé la peine minimum et sont alors menacés d'expulsion par l'Etat argentin car l'Etat chilien demande leur extradition afin qu'ils soient jugés par un tribunal militaire.

N'oublions pas les menaces, coups et persécutions que subissent les camarades qui se mobilisent avec Freddy et Marcelo dans le cadre de visites à ces derniers et dans le cadre de journées de solidarité.
Cela nous prouve que les Etats savent que la solidarité est une arme, d’où leur répression. Leurs pratiques ne nous font pas peur, au contraire, elles nous donnent plus de force pour lutter jusqu'à la libération de tous nos camarades.
Nous faisons donc un appel a la solidarité internationale active avec Freddy et Marcelo, sachant que la solidarité n'est pas seulement une parole écrite ou abstraite.
Montrons notre solidarité avec les camarades qui en ce moment sont persécutés et séquestrés par l'Etat chilien dans le cadre d'une procédure destinée à éteindre tous les foyers de rébellion dans cette période de cirque électoral.
Tant qu'il existera de la misère il y aura rébellion ! Asile politique pour Freddy et Marcelo! Seule la lutte nous rend libres ! Ouvre les yeux...il est temps de lutter ! »

Des actions d’information et de soutien seront mises en place dans les semaines et les mois qui viennent. Pour l'instant, des émissions avec un camarade anarchiste argentin sont en train de se programmer sur les ondes de Radio Libertaire.
Une caisse de solidarité est aussi en place à la librairie Publico, 145 rue Amelot, 75011 Paris.

lundi 7 décembre 2009

Les badges du groupe "Béton armé" ...


Notre première salve de badges est disponible à la librairie Publico, 145 rue Amelot, 75011, Paris.

dimanche 6 décembre 2009

Manifestation du 5 décembre


Nous étions dans les rues du nord de la capitale ce samedi 5 décembre, pour participer à la manifestation contre le chômage et les précarités. Nous avons constaté qu'il y avait plus de monde que l'an passé pour la manifestation sur le même thème... Salut et merci aux sympathisant(e)s qui se sont joint(e)s à nous ... et à bientôt !

Pour information, nous avons tenu une table de presse le samedi 5 décembre et nous la tiendrons encore ce dimanche 6 décembre à la CIP (quai de Charente), lors du week end de soutien aux zapatistes. N'hésitez-pas à venir nous rencontrer ... et à soutenir cette belle initiative du CSPCL...

Rennes : solidarité !


Communiqué après la manif régionale des chômeurs et précaires le 5 décembre à Rennes

L'assemblée régionale des chômeurs et précaires en lutte, réunie ce soir après la manifestation du 5 décembre dans le cadre des marches régionales, dénonce l'attitude de la préfecture qui a décidé d'interdire une manifestation nationale annoncée depuis plusieurs semaines et dont elle était parfaitement au courant. Interdits de manifester, les quelque 500 personnes présentes ont alors cherché à rejoindre le centre ville pour se faire entendre; mais les forces de police, en nombre impressionnant, n'ont pas cessé de nous intimider, de nous provoquer, de chercher la confrontation pour justifier des arrestations. Alors que nous cherchions à nous réunir dans une salle qui nous avait été promise dans la maison des associations, nous avons été pris dans un guet apens entre la responsable des lieux qui, sous l'ordre de la mairie de Rennes, nous en a interdit l'accès, et plusieurs dizaines de policiers de la brigade anti criminalité. Ceux ci nous ont alors chargé avec violence, tabassé à la tête (traumatismes crâniens), aspergé de gaz lacrymogène, alors que nous n'avions manifesté aucune agressivité. Ils ont arrêté quatre personnes sous le prétexte aberrant de « jet d'essence » (ce qu'aucun observateur un tant soit peu honnête ne pourra confirmer), et un autre pour une soit disant « violence sur agent », arrêtée en réalité dans le tumulte du lynchage. Ces arrestations ne sont pas hasardeuses, elles s'inscrivent dans une démarche qui vise à inspirer un sentiment de terreur et d'impuissance à tous ceux qui entendent résister aux politiques réactionnaires, sécuritaires et libérales actuelles. Cette manifestation fait suite à l'interdiction de la manifestation de soutien aux luttes de l'ouest du 17 octobre à Rennes et à la répression du mouvement lycéen du 1er décembre à Nantes (nombreuses arrestations et blessés). Le gouvernement, pour tuer dans l'oeuf les mouvements de résistance actuels, et notamment les luttes de chômeurs et précaires en extension aujourd'hui, est prêt à tout, y compris à suspendre les plus élémentaires libertés publiques: celles de manifester et de se réunir. On retiendra également le blocus policier de la ville de Brest lors de la récente venue de Fillon, ou encore la fermeture de tous les Pôle Emploi d'une ville, comme à Quimper récemment, à la moindre annonce de rassemblement.
Nous tenons également à ne pas passer sous silence l'attitude particulièrement honteuse de la mairie « socialiste » de Rennes qui prétend soutenir d'une main les chômeurs et de l'autre recourt aux mêmes méthodes policières que le gouvernement (expulsion de la mairie le 27 novembre, salle retirée à la dernière minute à la maison des associations permettant les arrestations par la BAC). L'assemblée régionale des chômeurs et précaires lance un appel à amplifier les mouvements de résistance actuels : Elle appelle à un rassemblement dimanche à 14 h devant le commissariat central de Rennes (boulevard de la Tour d'Auvergne) pour obtenir la libération des personnes interpellées et l'abandon de toutes les charges retenues contre elles.
Contact: mcpl2008@gmail.com

mercredi 2 décembre 2009

Appel à manifester


Le groupe "Béton armé" de la Fédération anarchiste sera présent à la manifestation "contre le chômage et les précarités" de ce samedi 5 décembre. Nous appelons les camarades des autres groupes à nous y rejoindre, ainsi que tous nos sympathisant(e)s.
RDV : 14h place Stalingrad, samedi 5 décembre.

mardi 24 novembre 2009

SOLIDARITE AVEC LES SANS-PAPIERS !





Si nous ne sommes pas parmi les signataires de ce collectif, nous sommes cependant engagés depuis longtemps dans les luttes de soutien aux sans-papiers. Ainsi, nous appelons nos militant(e)s et sympathisant(e)s à se joindre à cette manifestation. Encore une fois, soyons présent(e)s face aux politiques xénophobes !

Ci-dessous, le texte de l'appel unitaire :

Manifestation Collectif Uni(e)s Contre une Immigration Jetable
dimanche 29 novembre 2009 à Paris

Des enfants arrêtés Des bébés en centre de rétention Des familles et des couples séparés Des lycéens et des étudiants forcés d’arrêter leurs études Des malades privés de soins Des exilés pourchassés Des travailleurs qui cotisent et n’ont aucun droits sociaux Une main-d’oeuvre immigrée maintenue volontairement dans la précarité

Quotas d’expulsion, quotas de délits de solidarité, fichage, appels à la délation, traitement arbitraire et suspicion à tous les niveaux de l’administration, contrôles au faciès, enfermement, morts en fourgon, décès aux postes de police...

Les politiques d’immigration française et européenne désignent les étrangers comme une menace. Elles orientent nos sociétés vers une xénophobie d’Etat. Sous couvert de défendre une prétendue identité nationale, elles incitent au racisme et au repli communautaire.

Elles sont utilisées pour aggraver les régressions sociales dirigées contre toutes et tous.

L’instrumentalisation politique des questions d’immigration entraîne nos pays sur des pentes dangereuses. La France ne respecte pas ses engagements comme signataire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, de la Convention européenne des droits de l’homme, de la Convention internationale des droits de l’enfant, des textes qui défendent et protègent le droit de toutes et tous.
Nous n’acceptons pas les politiques commises en notre nom ! Nous voulons l’égalité des droits ! Pour une politique de l’immigration respectueuse des droits fondamentaux

Sommet anti-sécuritaire, petit bilan

Merci aux camarades du groupe Claaaaaash de la FA à l'origine de cette initiative. merci aussi à celles et ceux qui, de près ou de loin, ont permis à cette initiative de voir le jour. En effet, celle-ci a été soutenue par d'autres groupes et individus de la Fédération Anarchiste de Paris et de la Région Parisienne. A noter aussi que de jeunes gens motivés, pourtant pas militants à la FA ont voulu participer aux collages d'affiches : merci à eux ! Remerciements également aux intervenants et aux personnes qui ont fait le déplacement. Une centaine de personnes étaient là pour s'informer, débattre, ... Ce n'est qu'un début ! la mobilisation et la convergence des luttes face au délire sécuritaire doit se poursuivre !

mardi 17 novembre 2009

Sommet anti-sécuritaire du 9-3 !


Surveillance et répression constituent les 2 faces d’une même pièce sécuritaire.


Retracer l’évolution des représentations de l’ennemi intérieur dans la pensée d’État depuis les années 1960 est indispensable pour comprendre comment, des territoires colonisés d’hier aux quartiers populaires d’aujourd’hui, la Ve République a régénéré un modèle d’encadrement fondé sur la désignation d’un bouc émissaire socio-éthnique.


L’ordre n’est pas au service des citoyens mais sert essentiellement à les encadrer, les surveiller, les contrôler. L’ordre public c’est l’ordre brutal mis au service du pouvoir.

Le police a toujours été l’élément indispensable d’une politique de rejet et d’exclusion, permettant de masquer les difficultés économiques et sociales.


60 000 caméras pour 60 Millions...

En 2011, l’objectif est de tripler le nombre de caméras à l’échelle nationale et de le quadrupler pour la capitale avec le « Plan 1 000 caméras pour Paris » (sans compter les 9 500 de la RATP et de la SNCF dont la Police pourrait disposer en temps réel).

21 communes seront d’ailleurs « récompensées » pour leurs efforts de surveillance (1 Million d’€ à se partager).

Le business du sécuritaire se développe au point que Bouygues te loge où que tu ailles (particuliers, entreprises, prisons).

Une chose est sûre : le secteur sécuritaire (police, armée, secteur privé) ne connaît pas la crise…levier économique de la croissance ?


En 2008 nous approchions des 600 000 GAV soit près de 1% de la population française.

En 2009 les prisons françaises comptent 60 000 détenus souffrant chaque jour de l’enfermement et de la maltraitance autant physique que psychologique.

6 Millions d’immigrés sont les plus exposés aux contrôles de police, GAV, condamnations, bavures…et les traitements réservés aux sans-papiers rappellent les sombres heures de l’Occupation.


Tous les citoyens sont présumés innocents en droit mais la réalité montre qu’ils sont considérés comme a priori coupables, surtout s’ils n’ont pas d’amis bien placés. Le fichage massif de la population n’est pas anodin, derrière une façade démocratique, le totalitarisme avance à grands pas. Les lois sécuritaires se succèdent régulièrement : rétention de sûreté, « prévention de la délinquance », nouvelle loi sur la récidive…et les mesures d’exception sous prétexte de lutte contre le terrorisme deviennent une réalité quotidienne pérenne.


La maxime « Réfléchir c’est commencer à désobéir » qui correspond bien à l’armée et aux services de police peut également s’appliquer aux citoyen-ne-s lambdas. Nous devons nous organiser pour rester vigilant-e-s et résister. Il est donc naturel pour la Fédération Anarchiste d'être systématiquement auprès des individus victimes ou potentiellement victimes de la violence étatique, totalitaire et/ou capitaliste.


Ne vous laissez pas endormir par une criminalisation progressive des individus et des mouvements sociaux car demain vous pourriez bien être considérés comme terroristes par un Etat et des lois qui soit disant se préoccupent de votre sécurité…


Venez en débattre SAMEDI 21 NOVEMBRE de 17h30 à 22h30 à la Bourse du Travail de St-Denis.

Fédération anarchiste

mercredi 11 novembre 2009

Action du 9 novembre


SOLIDARITE ANTIFASCISTE !

Le lundi 9 novembre 2009, une action initiée par la Fédération Anarchiste a eu lieu à Paris. Nous avons momentanément, sans violence mais avec détermination, effectué une distribution de tracts, déroulé une banderole et lancé des slogans. Nous avions ainsi choisi de nous inscrire dans la journée européenne d'action antifasciste. Le lieu choisi, la maison de l'Europe, était un lieu choisi pour donner une dimension symbolique à notre intervention.
Cette action s'inscrivait dans cette lutte antifasciste internationale, mais aussi dans la campagne internationale contre les centres de rétention menée par l' Internationale des Fédérations Anarchistes.
A tous et à toutes, salutations antifascistes et anarchistes !
Voilà le communiqué qui a été distribué et lu :

Aujourd'hui comme hier, ici comme ailleurs, SOLIDARITE ANTIFASCISTE !

Aujourd'hui, lundi 9 novembre 2009, la Fédération Anarchiste est dans les locaux de la Maison de l'Europe, à Paris.

Le 9 novembre, car il y a 20 ans tombait le mur de Berlin.
Le 9 novembre, car il y a 71 ans c'était la nuit de Cristal.
Le 9 novembre, car, dans toute l'Europe, en ce jour symbolique, les antifascistes se mobilisent pour que jamais une telle tragédie ne puisse se reproduire.

Des années après ces évènements peu de choses ont réellement changé.

Si les frontières à l'intérieur de l'Europe sont officiellement ouvertes elles sont plus
que jamais fermées à celles et ceux qui viennent de pays plus pauvres. Elles sont également réactivées lorsque les mouvement sociaux veulent s’unir au-delà des nations pour lutter contre ceux qui les oppressent.

Si le régime nazi est relégué aux poubelles de l'histoire, il existe encore des partis et des mouvements s'en réclamant. Dans certains pays européens, les antifascistes risquent et parfois perdent la vie en luttant contre eux.
Le fascisme n’est plus une marionnette grotesque que l’on remue pour effrayer la population : ses idées sont désormais en passe d’être intégrées aux rouages de l’Etat qui n’a plus besoin de se revendiquer de cet héritage pour mettre en place ses politiques racistes et xénophobes.

Si le mur de Berlin est tombé, bien des frontières se sont construites autour du continent alors même qu'à l'intérieur les sans papiers sont traqués, placés en CRA et expulsés.

En France, les gouvernements successifs, de droite comme de gauche, poursuivent cette politique et expulsent a tour de bras, promulguant des lois sécuritaires et faisant un amalgame malsain entre immigration et délinquance : les récents propos du ministre de l'intérieur le prouvent une fois de plus.

Aujourd'hui, en ce jour de mémoire, la Fédération Anarchiste rappelle à tous que nous serons toujours présents pour lutter contre le fascisme et le racisme, qu'ils soient dans la rue ou dans les hautes sphères de l'Etat.

Aujourd’hui, nous saluons nos camarades antifascistes du monde entier. Et nous rappelons à celles et ceux qui subissent de plein fouet les politiques racistes et xénophobes que nous serons toujours à leurs côtés.

Ici comme ailleurs, aujourd'hui comme hier combattons le fascisme et
le racisme !

FEDERATION ANARCHISTE

lundi 9 novembre 2009

Il est arrivé !

1 an ... et toutes ses dents ...



Où pouvait-on trouver des gâteaux magnifiques et délicieux ? Des bières artisanales de caractère (et nerveuses ...) ? Des casques de moto et du bon goût en veux-tu en voilà ?
... Et bien c'était au premier anniversaire du groupe Béton Armé de la Fédération Anarchiste !
Nous avons fêté comme il se doit cette première année de lutte, de formation, et aussi d'amitié. Avec nos sympathisants et des camarades d'autres groupes parisiens, les dégustations se sont succédées, dans la bonne humeur et dans l'envie de continuer toujours plus notre chemin pour mettre à bas ce vieux monde qui n'a que trop duré !
A l'an prochain, et d'ici là ... à bientôt dans les luttes ! A bientôt dans la rue !

> merci : à Jean-Claude et à Boubich (ni dieu ni maître, sauf maître brasseur !), à Laurent et Cécile de Publico pour l'accueil, et aux nouveaux venus dans le groupe !

mardi 3 novembre 2009



Les membres de la Fédération Anarchiste se joindrons à la manifestation de dimanche prochain : le 8 novembre à 14h, place de la Bastille, à Paris.
Nous sommes en effet solidaires du combat mené par l'ARPPI (Association pour le Respect des Proches de Personnes Incarcérées). Nous saluons donc cette association, pour le travail effectué depuis déjà quelques temps et pour cette initiative-ci.
Pour suivre de plus près leurs actions, vous pouvez aussi écouter leur émission sur Radio Libertaire (89.4FM en région parisienne et partout ailleurs sur Internet): c'est "l'écho des cabanes", le vendredi, de 11h à 13h.
Signalons aussi au passage l'autre émission consacrée aux prisons, "Ras les murs" (émission anti-carcérale), toujours sur la même radio, mais cette fois le mercredi, de 21h à 22h30.

De notre côté, les actions et activités se poursuivent, se préparent, se mettent en place. Entre préparations, collages, bricolages et formations, nous poursuivons notre route. Le groupe Béton armé fêtera très bientôt sa première année d'existence avec ses membres actifs et ses sympathisants.
A très bientôt dans la rue et dans les luttes !

dimanche 18 octobre 2009

Manifestation et rassemblement du 17 octobre 2009



Cette journée commençait par la manifestation pour les droits des femmes. Nous avions décidé de faire cortège commun avec les autres composantes du mouvement libertaire.
Ainsi, notre cortège, s'il était en toute fin de manifestation, ne passa cependant pas inaperçu. Banderole, drapeaux, slogans ... l'ambiance était assez bonne, malgré une très violente averse qui nous trempa jusqu'aux os mais qui n'entama pas notre détermination.
Nous soulignons que sur de tels sujets, l'union des libertaires nous semble une nécessité. Nous côtoyer dans les luttes est une façon de nous retrouver sur ce qui nous rassemble en mettant de côté ce qui nous sépare. Loin des joutes des cyber-militants, la réalité du terrain est bien plus riche. Sachons ne pas l'oublier.

Un très gros merci aux sympathisants et à de très bientôt futurs militants qui se sont joints à nous. Le travail que nous effectuons depuis quelques temps pour redonner une visibilité dans la rue aux anarchistes est en train de donner ses fruits. Cela ne fait que renforcer notre détermination. Et cela nous encourage à poursuivre ce travail, plus nombreux, et plus motivés que jamais !

Ensuite, le cortège libertaire est parti au rassemblement pour la commémoration du 17 octobre 1961. Pas mal de gens, encore une fois, étaient surpris de ce déferlement d'anarchistes. Nous étions là et bien là, et aujourd'hui plus que jamais, nous n'oublions pas les violences policières. L'actualité ne fait que nous rappeler que celles-ci ne sont pas des actes marginaux, et que la résistance est plus que jamais d'actualité.
Au passage, nous en profitons pour signaler que la bonne quinzaine d'heures de garde à vue de deux de nos camarades et que les filatures et "coups de pression" des flics en civil et de la "sécurité" du métro, eux aussi, ne font que renforcer notre volonté à oeuvrer pour que ce système s'écroule une bonne fois pour toute. La liberté ne se mendie pas : elle se prend !

A bientôt !

vendredi 16 octobre 2009

Manifestation du 10 octobre

Le 10 octobre dernier avait lieu une manifestation unitaire de soutien aux sans-papiers :

Beaucoup de monde, un trajet immense, un cortège libertaire plus que conséquent, voilà en quelques mots comment décrire une manif qui restera un bon souvenir dans les mémoires militantes.
Et bien oui, nous sommes nombreux, de plus en plus nombreux à refuser ces séparations entre les individus, à refuser qu’une personne soit envoyer dans un pays, souvent en guerre (souvent aussi du fait de l’impérialisme de notre chère patrie) sous le fallacieux prétexte qu’elle est née là !
Et bien oui nous sommes nombreux, de plus en plus nombreux à refuser de considérer une personne comme inférieure parce qu’elle n’a pas la couleur de peau ou les papiers requis pour circuler dans ce pays.
Si le capitalisme ne respecte pas de frontières, pourquoi les exploités devraient-ils le faire ?

Le monde n’est à personne. Les travailleurs n’ont pas de patrie.

Jamais nous ne reconnaitrons ces barrières entre les individus ! Le patriotisme et le racisme sont les moyens qu’ont trouvés les capitalistes pour créer de faux conflits entre les individus.

Plus que jamais proclamons que nous refusons toute séparation entre les peuples et que nous ne voulons qu’une chose : l’égalité réelle dans tous les domaines !

vendredi 9 octobre 2009

Rassemblement du 7 octobre


C'est sans conviction que nous nous sommes rendus au rassemblement du 7 octobre 2009 devant le siège du MEDEF. Sans conviction, car après les défilés-fleuves que nous avons eu l'an passé et qui n'ont bien évidemment servi à rien, nous croyons encore moins à ces rassemblements maigrelets et pathétiques. Si nous y sommes allés, c'est parce que là aussi, comme ailleurs, nous ne voulons pas céder le terrain. Et que, malgré tout, la rue reste un des terrains sur lequel les anarchistes ont toute leur place.
A notre arrivée, nous voyons des camions-sono, des banderolles, des drapeaux, ce qui nous laisse penser que, finalement, une manifestation a lieu.
Et puis non : un camion-plateau bloque la rue qui accède au siège du MEDEF. Sur ce camion, ce succèderont les tristes pitres des syndicats de collaboration de classe. Quelques mètres plus loin, ce sont les CRS qui bloquent la rue.
Quelques centaines de personnes. Les camarades du 9ème collectif de sans-papiers, et des syndicalistes plus ou moins écoeurés, dont certains viennent nous voir, heureux de trouver là des gens plus radicaux, avec qui ils se retrouvent sur notre appel à la grève générale. Certains nous achètent le Monde Libertaire, d'autres nous parlent de notre radio. "Y'a plein de jeunes, à la FA !" : voilà ce qu'on entend, amusés. Ceux qui nous disent ça sont de vieux syndicalistes de la CFDT "à l'époque ou celle-ci était autogestionnaire", précisent-ils, ou de jeunes camarades anarcho-syndicalistes qui, si leur syndicat n'a pas appelé à rejoindre ce rassemblement, sont venus, tout de même. Comme nous. Sans illusions, mais sans envie de rester chez soi, résignés.
A tous ceux-ci, nous disons à bientôt. Pour construire, avec toutes les personnes qui en ont marre des reculs permanents, des capitulations à la chaîne, et surtout de cette résignation qui tue nos révoltes à petits feux.

Les prochains rendez-vous ?

> samedi 10 octobre, avec les sans-papiers, à 14h, départ du "Ministère de la régularisation globale de tous les sans-papiers", 14 rue Baudelique - métro Simplon ligne 4 - en direction du Ministère de l’immigration et de l’identité nationale.

> samedi 17 octobre,
- à 14h30, place de la Bastille, Manifestation nationale pour le droit des femmes.
- à 17h00, place Saint Michel, pour la commémoration du massacre du 17 octobre 1961, là où la police française jeta des algériens à la Seine ...

samedi 3 octobre 2009

Manif avec les travailleurs sans-papiers

Ce samedi 3 octobre, nous étions à une manifestation de soutien pour les camarades travailleurs et travailleuses sans-papier du 17ème arrondissement de Paris. Escortés par la police, puis empêchés par cette même police d'approcher de la mairie d'arrondissement, des prises de parole ont finalement eu lieu dans la rue des Batignolles. Les témoignages des conditions de travail se sont succédés, dont certains, émouvants, dénonçant pour certains les conditions ignobles de travail à domicile chez des patrons. Des patrons qui, votant sûrement Sarkozy, sont sans doute ravis de voir ces travailleurs précarisés par la police et les dirigeants, leur permettant ainsi d'exploiter pour pas cher une main d'oeuvre corvéable à merci. Nous tenions donc à rappeler notre solidarité envers tous les exploités, d'où qu'ils soient, et notre présence a bel et bien été perçue ainsi. Encore une fois, c'est sur le terrain que nos luttes doivent se tenir, tout en se tenant à l'écart des luttes intestines et des polémiques stériles. Un principe lui aussi toujours bon à réaffirmer...

mercredi 30 septembre 2009

Débat à Publico le 2 octobre



(cliquez sur l'image pour l'afficher en plus grand)

>>> Merci à notre camarade d'outre Atlantique pour son travail de recherche fort intéressant. Si peu de personnes avaient fait le déplacement, le contenu de son intervention était néanmoins passionnant.

lundi 28 septembre 2009

En virée !


Le groupe "Béton armé" de la Fédération Anarchiste était en virée ce week end : nous étions à Merlieux, dans l'Aisne, pour le salon du livre anarchiste / forum social libertaire. Dans un endroit spacieux et agréable, nous avons pu découvrir de nombreux stands d'éditeurs et d'auteurs, mais aussi profiter de concerts. Bien entendu, débats et prises de parole ont rythmé ces deux journées ensoleillées, et Radio Libertaire a retransmis tout cela sur internet, sur les ondes de la région parisienne, mais également sur une fréquence temporaire qui nous a permis d'émettre dans la région de Merlieux. Ce genre d'évènement permet toujours de débattre, de voir et de revoir des camarades d'ici et d'ailleurs, et de rencontrer de nouvelles personnes dont certaines ont décidé de rejoindre les anarchistes. Une fois de plus, un grand bravo au groupe de Merlieux qui a permis à de nombreuses personnes, pas forcément militantes, de découvrir le mouvement anarchiste.

lundi 14 septembre 2009

Nouvelle parution !

Quand Marx, Engels, Lénine 'flinguaient' les anarchistes.



Le titre de cet opuscule est on ne peut plus clair et à sa lecture vous aurez vite compris qu’il est justifié.

Le titre de cet opuscule est, on ne peut plus clair et à sa lecture vous aurez vite compris qu'il est justifié. Et ce n'est pas que de l'histoire ancienne. On sait les conséquences pour le mouvement ouvrier et révolutionnaire de cette opposition entre Marx et Bakounine, entre ces deux conceptions du socialisme et ce que cette prédominance du marxisme-léninisme a donné... et que l'on continue de payer encore aujourd'hui !

En lisant cette brochure, qui n'hésite pas à reproduire des passages entiers d'écrits de Marx, Engels ou Lénine afin que l'on puisse juger sur pièces, on aura vite senti que les pratiques totalitaires étaient déjà inscrites dès les premiers pas du marxisme et que les Lénine, Trotsky, Staline, Mao et autres tyrans rouges n'ont fait que les continuer en mille fois pire car ils étaient, eux, au pouvoir !



120 pages - septembre 2009
ISBN : 978291
PRIX : 6.00 €

Pour le commander : c'est là !

jeudi 27 août 2009

Développement du mouvement ...


La liaison de Poitiers de la Fédération Anarchiste, suite à une augmentation d'effectifs, devient désormais un véritable groupe. Il s'agit du groupe "Pavillon noir".
Bravo et bon courage à eux !

Pour les contacter : f.anar.86[arobase]gmail.com

A Publico, déjà des rendez-vous pour septembre !




PUBLICO : 145 rue Amelot, 75011 Paris

jeudi 16 juillet 2009


APPEL DE SOUTIEN AVEC LES SANS PAPIERS :

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN AUX SANS-PAPIERS EXPULSES DE LA BOURSE DU TRAVAIL

RASSEMBLEMENT DE SOUTIEN AUX SANS PAPIERS DE LA BOURSE DU TRAVAIL LE VENDREDI 17 JUILLET DE 13 HEURES A 19 HEURES BOULEVARD DU TEMPLE A COTE DE LA PLACE DE LA
REPUBLIQUE A PARIS.

La préfecture menace à tout moment d?expulser par la force les sans-papiers du bout de trottoir qu'ils occupent boulevard du temple à la suite de leur évacuation de la bourse du travail réalisée conjointement par la CGT et la police aux ordres de Hortefeux.

Pour empêcher cette nouvelle expulsion et pour demander la régularisation de tous les sans-papiers, rendons-nous en masse boulevard du temple vendredi 17 juillet à 13h.

REGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS
ARRET DES EXPULSIONS
FERMETURE DES CENTRES DE RETENTION

Contact : 06 98 70 33 49

>>> NOUS APPELONS POUR NOTRE PART LES MILITANT(E)S SOLIDAIRES DES SANS-PAPIERS A ASSURER AUSSI UNE PRESENCE BOULEVARD DU TEMPLE POUR EVITER AUX FORCES DE REPRESSION D'EVACUER LE CAMPEMENT.

samedi 11 juillet 2009

Soutien à La Clinique

Mardi matin, la police expulsait violemment les habitants de La Clinique lieu autogéré et alternatif de Montreuil existant depuis plusieurs mois.
En plus d’être le logement de plusieurs personnes ce lieu accueillait des concerts, des tables de presse, des permanences juridiques pour mal logés...
Lundi soir les squatteurs organisaient un rassemblement pour protester contre cette expulsion. Alors qu'ils manifestaient, la police montreuilloise, dont la brutalité n'est plus à prouver, chargeait et dispersait violemment la manifestation à coup de tirs de flash ball.
Un camarade atteint par un tir de flash ball à la tête a été très sérieusement blessé. Trois personnes ont été placées en garde à vue.

La Fédération Anarchiste s'insurge contre ces pratiques policières de plus en plus fréquentes et banales, toujours dirigées contre les classes populaires.
La Fédération Anarchiste exige la libération des gardés à vue et leurs apporte son soutien ainsi qu'au camarade blessé.

La Fédération Anarchiste s'oppose et s'opposera toujours aux méthodes de la police, qu'elles quelles soient.

Police partout justice nulle part.
Policiers hors de nos quartiers !

> Une assemblée générale de soutien aura lieu dimanche 12 juillet à 15H, à la station de métro Croix de Chavaux, à Montreuil.
> Une manifestation de soutien aura lieu lundi 13 juillet à 19h, au même endroit.

Fédération Anarchiste

vendredi 3 juillet 2009

Les Sans-papiers de la Bourse du travail




ILS FONT LA GUERRE AUX SANS-PAPIERS !



Le 24 juin restera comme un jour noir dans l’histoire du mouvement des sans-papiers en France mais surtout dans l’histoire du syndicalisme français.

C’est hier en effet que les travailleurs sans-papiers isolés qui occupaient depuis bientôt 14 mois une partie des locaux de la Bourse du travail, 85 rue Charlot, à Paris, pour mener une action d’ensemble visant à obtenir leur régularisation à partir d’un « lieu ami », ont été expulsés.

Cinq jours après le communiqué de la CGT précisant que la Bourse du travail devait être « libérée », voilà donc la chose faite, et de la manière la plus violente.

Une centaine peut-être de membres du service d’ordre de la CGT, sur le coup de midi, profitant du fait que la
majeure partie d’entre nous étaient partis à notre manifestation hebdomadaire du mercredi, ont subitement envahi la cour, cagoulés ou masqués, matraquant les hommes et gazant tous les présents, femmes et enfants. Des personnes ont dû être hospitalisés et le petit Mohamed, la mascotte de la Bourse occupée, bien connu de tout le monde, et une femme, viennent seulement de sortir, après 24 heures d’hôpital.

La densité des gaz était telle que Sissoko, notre coordinateur, accouru aux cris, est tombé évanoui dans la cour
et ce sont les femmes, réfugiées entre-temps à l’intérieur, qui sont ressorties pour l’y transporter à la force des bras.

Nous nous sommes barricadés dans la grande salle, et la police est alors intervenue, appelée par des gens du
voisinage inquiets à cause des grands cris et de la fumée des lacrymogènes.

Dans un premier temps, le commissaire a veillé à empêcher notre affrontement avec le service d’ordre de la CGT.
Celle-ci a appelé la Ville de Paris, propriétaire de l’immeuble, qui a immédiatement (ce qui prouve qu’elle était d’accord) réquisitionné la police. Le commissaire nous a alors imposé l’évacuation des locaux, exigeant même,
d’après les instructions reçues, notre départ immédiat sans récupération de nos affaires (ce qui, par le passé, s’est souvent soldé par la perte d’effets et documents personnels).

Nous nous sommes opposés et, appelés par nous, nos camarades partis en manifestation sont rentrés. Le rapport de forces a été en quelque manière rétabli, une partie ayant pu même rentrer dans la grande salle par l’accès du boulevard du Temple, contrôlé par nous. Le commissaire a alors accepté de nous faire récupérer toutes nos affaires. Cette opération était terminée un peu après 19 heures.

Depuis, nous sommes campés sur le trottoir du boulevard du Temple à plusieurs centaines (une liste de 600
sans-papiers présents a été dressée hier soir) et attendons que les maires du troisième et deuxième (qui s’y sont engagés) nous trouvent un lieu apte à nous héberger et surtout où nous puissions, sans être dispersés, poursuivre notre action pour obtenir la régularisation de nous tous. Nous sommes dans l’attente d’un rendez-vous que nous a promis le ministère de l’immigration pour discuter les critères de notre régularisation. C’est maintenant le moment le plus mal venu pour affaiblir notre mouvement et, quant à nous, de baisser les bras.

La lutte continue !

Paris, le 25 juin 2009
CSP 75



Pour rappel, cela ne date pas d'hier, car voilà ce qui était arrivé à la dernière fête de l'Huma :

La CSP 75 agressée par la CGT à la fête de l’Huma !

Les sans-papiers de la Coordination 75 qui tiennent un point d’information sur le stand de la Bolivie à la fête de l’Humanité ont été agressés par des représentants de la CGT – qui leur reprochent l’occupation de la Bourse du travail. Les cégétistes ont menacé de déranger pendant les trois jours de la fête le stand de la Bolivie où la CSP75 est accueillie en vertu de l’appel d’Evo Morales en solidarité avec tous les sans-papiers du monde. Si le problème n’est pas rapidement résolu, la CSP75 annonce qu’elle pourrait, au besoin, diriger sur la fête de l’Huma sa manifestation prévue demain samedi vers la Préfecture. La CSP75 appelle tous les sympathisants, les soutiens, et tous les sans-papiers à se rassembler à la Bourse du travail, rue Charlot, samedi à midi (12h), pour se rendre ensemble à la fête de l’Humanité, si nécessaire.

mardi 23 juin 2009

Manifestation antirépression du 21 juin, à Paris



Ce 21 juin, à Paris, se tenait un rassemblement puis une manifestation à l'appel des collectifs Tarnac. La Fédération Anarchiste y était présente et avait aussi appelé ses sympathisants et militants à s'associer à cet évènement. Celui-ci tombait à peine un jour après la loi dite "anti-cagoule". Du coup, pas mal de manifestants étaient masqués.



Après plus d'une heure de rassemblement devant la fontaine des Innocents, un cortège se forma et commença à avancer. La manifestation dura une dizaine de minutes environs, avec des affrontements à la hauteur des bureaux de l'administration pénitenciaire.



Ensuite, dans un quartier quasi militarisé, les manifestants furent dispersés, et l'on dénombre actuellement six arrestations, sans en savoir davantage (En ce qui concerne les militants de la FA et nos sympathisants, nous avons effectué un départ groupé et solidaire, ramenant tout le monde sain et sauf). A signaler aussi que des manifestants ont été blessés par d'autres manifestants, certains même par des tirs de feux d'artifice. Chacun tirera le bilan politique de cet évènement, selon ses idées, et ses méthodes, et la façon de les appliquer.



Quoi qu'il en soit, ce qui est à souligner, c'est le flicage permanent et son renforcement à outrance devant tout évènement. des centaines de véhicules de police, des corps de répressions de tous styles (on a même eu droit à ces gens de la BAC déguisés en anars ou en rappeurs !). Un hélicoptère était également mobilisé pour l'occasion, ce qui montre bien que l'Etat ne recule devant aucune dépense pour assurer la répression).



Saluons au passage les copains et copines qui se sont joints à nous, et plus particulièrement nos camarades anarchistes de Moscou, qui, pour l'occasion, ont pu découvrir le charme suave et envoutant des gaz lacrymogènes de la police française.
A la prochaine dans la rue !



Vous trouverez ci-dessous notre communiqué/tract diffusé avant et pendant la manifestation.

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Contre la répression, résistons !

Vous vous moquez d’une ministre menteuse sur un site web, vous risquez une convocation au commissariat.
Vous avez été voisin d’une personne qui s’est fait sauter avec une bombe artisanale, vous vous retrouvez en garde à vue avec la brigade « antiterroriste ».
Vous êtes présent dans nombre de manifs et vous avez été vu un jour sur un pont de chemin de fer, vous risquez six mois de prison préventive pour être présumé membre d’une association à caractère terroriste.
Vous recevez un sms douteux, vous êtes convoqué six mois plus tard par la police.
Vous brandissez une pancarte mettant en cause (avec humour) le président de la République dans un rassemblement, vous vous retrouvez en procès et risquez une amende.
Vous êtes un gazier en lutte contre le recul des acquis sociaux, vous vous faites arrêter avec des dizaines de vos collègues…

Tous les citoyens sont présumés innocents en droit mais la réalité montre qu’ils sont considérés comme a priori coupables, surtout s’ils n’ont pas d’amis bien placés. Le fichage massif de la population n’est pas anodin, derrière une façade démocratique, le totalitarisme avance à grands pas. Les militants sont, quant à eux, considérés en permanence comme un danger, non pas qu’ils le soient vraiment, mais au cas où ils le deviendraient. L’Etat vise à éloigner toute opposition politique et à écoeurer les militants repérés par ses services.

557 817 personnes se sont trouvées en garde à vue en France en 2008, soit près de 1% de la population. Les lois sécuritaires se succèdent régulièrement : rétention de sûreté, « prévention de la délinquance », nouvelle loi sur la récidive… Toutes ces lois ne visent que très rarement les escrocs des beaux quartiers.

Le nombre de prisons augmente, mais elles sont toujours surpeuplées… et un tiers des détenus le sont en préventive. Le gouvernement se moque totalement d’être dénoncé régulièrement par des instances internationales pour les conditions humiliantes de détention. Son objectif est apparemment de suivre le modèle états-unien où les détenus ne sont plus seulement un millième de la population comme en France actuellement, mais 1 %, et sont une main-d’œuvre réduite en esclavage. Les entreprises ne délocalisent plus en Asie ou en Afrique mais en taule ! Cela se passe en ce moment-même, et cela nous concerne tous.

Il est bien évident que les quelques politiciens en course pour être calife à la place du calife ne sont pas moins peureux que l'actuel gouvernement à l’égard des « classes dangereuses ». Il est non moins évident qu’on ne comptera pas sur les médias nationaux et régionaux pour dénoncer des atteintes aux droits l’Homme ailleurs qu’en Corée du nord, à Cuba ou en Iran. C’est pourtant en France que cela se passe. Ce sont donc seulement les victimes et victimes potentielles de la répression qui peuvent s’organiser pour à la fois rester vigilants et résister.

Fédération anarchiste

Pérou, Paris : solidarité !



Samedi 20 juin se tenait à Paris, comme à beaucoup d'autres endroits, un rassemblement de soutien avec le peuple péruvien. Vous trouverez le communiqué de nos relations relations internationales à la fin de ce message. S'il apparait que la lutte des indiens a fait reculer le gouvernement sur certains points, ce combat reste d'actualité. En effet, il faudra la plus grande vigilance à nos camarades péruviens pour aller encore plus loin et pour défendre ce qu'ils ont obtenu.
Il était important pour nous d'être présents à ce rassemblement afin de signifier clairement nos solidarité, mais aussi pour rappeler sur quelles bases politiques nous considérons que cette lutte mérite un soutien réel. Il était important pour eux de savoir qu'ils ne sont pas seuls, et que des soutiens existent, un peu partout.



Cependant, plusieurs remarques : il est toujours impressionnant de voir la collection sans fin de signataires lors de ce genre de soutien collectif. Des listes et des listes de sigles, mais au final, à peine une ou deux personnes par organisation. Ce n'est pas ainsi que nous considérons qu'une participation à une lutte se fait. Nous avons toujours privilégié la mobilisation et la présence plutôt que des signatures en bas de tracts. Visiblement, nous sommes une exception.
Encore plus étonnant, la présence de la secte "Parti Humaniste", signataire du tract collectif. Ainsi, après la tentative pitoyable de l'extrême droite parisienne de récupérer cette lutte, c'est au tour de l'extrême droite sectaire qui avance masquée derrière un discours "humaniste" de venir tenter de récupérer de futures ouailles. Il a donc été nécessaire de faire un peu le ménage, et il a été assez comique de voir nos gourous apeurés aller se plaindre à la police (alors qu'ils sont classés comme mouvement sectaire par le ministère de l'Intérieur, comme quoi, les cons, ça ose tout ...). Quoi qu'il en soit, nous ne laisserons jamais le terrain à ce genre de personnes. (plus d'infos sur ces gugusses ici et ).

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

« Tierra y Libertad »
pour tous les peuples du monde !
Solidarité avec les communautés péruviennes en lutte


Pérou, vendredi 5 juin, 5 heures du matin, l'Etat montre son vrai visage : l'armée et la police attaquent par terre et par air, en utilisant des balles réelles. Il en résulte des dizaines de morts, des centaines de blessés. Les « dangereux terroristes » éliminés appartiennent à des peuples autochtones de la région Amazonas qui bloquaient pacifiquement une route près de Bagua au nord du Pérou.
Depuis, la zone est totalement militarisée, des responsables amérindiens sont recherchés par toutes les polices... Il en coûte cher de s'opposer aux intérêts des multinationales, dont l'Etat est le garant... Pourtant Alan García avait été élu en 2006 pour changer le modèle économique néolibéral en place... Ce ne sont pas les anarchistes qui s'étonneront de la trahison des promesses des politiciens, quelle que soit leur couleur.

Cela fait bien longtemps que les territoires amazoniens occupés par les peuples originels font l'objet des convoitises capitalistes. Déjà, au début du vingtième siècle, la « fièvre du caoutchouc » avait conduit aventuriers et hommes d'affaires à torturer et massacrer des communautés indigènes.
Plus récemment, après la signature d'un traité de libre commerce avec les Etats-Unis (TLC), le gouvernement péruvien avait imposé en 2008 des décrets facilitant l'implantation d'entreprises pétrolières, gazières, minières ou liées à l'exploitation forestière ou au tourisme. Depuis, les protestations et manifestations se sont amplifiées au Pérou.
Dernièrement, en mai 2009, à l'occasion de la « 4ème Rencontre continentale des peuples et nationalités indigènes de l'Abya Yala (les Amériques) », les communautés présentes ont « rejeté catégoriquement la privatisation de l'eau, la présence de sociétés multinationales, le modèle économique néo-libéral ».
L'AIDESP, une coordination de 1350 communautés au Pérou a appelé à « l'état d'insurrection » et à faire du 11 juin une journée de mobilisation populaire pour « l'abrogation des décrets encourageant les entreprises étrangères à investir dans les zones habitées par les autochtones. » C'était le 4 juin, et le 5 juin...
La Fédération Anarchiste se joint aux nombreuses organisations anarchistes d'Amérique latine et d'ailleurs pour exiger l'abrogation des décrets et l'arrêt de la campagne de criminalisation de ceux qui la réclament.

Les prédateurs qui se pressent en Amazonie ont des noms : Parenco (Franco-britannique), Petrofilera (Canada), Petrobras (Brésil), Pluspetrol (Argentine), BPZ Energy (USA), Repsol (Espagne)... Nous appelons à ne pas les laisser dans l'ombre !
La Fédération Anarchiste est bien consciente qu'au delà des intérêts directs de ces exploiteurs, les Etats protègent le désordre économique mondial. En effet, depuis quelques années, les révoltes amérindiennes prennent de l'ampleur, se coordonnent, communiquent avec les autres peuples originels, mais aussi avec ceux qui s'opposent au capitalisme. Les luttes se multiplient, les pratiques d'autonomie se développent dans tous les domaines (communication, éducation, santé, sécurité, justice...). Parmi les plus connues, rappelons celles des communautés zapatistes (1994), des communautés paysannes d'Atenco contre la construction d'un aéroport (2002), la Commune d'Oaxaca (2006). A chaque fois l'Etat produit la seule réponse qu'il connaisse, la répression ! C'est que les pratiques basées sur les « us et coutumes » amérindiens de démocratie directe non seulement se développent, mais intéressent au delà des peuples originels. Elles rejoignent certaines propositions anarchistes : autonomie vis à vis de l'Etat et des partis politiques, décisions collectives, fédéralisme...
En ce sens la Fédération Anarchiste se reconnaît dans les analyses produites lors de la rencontre d'octobre 2007 réunissant plus de soixante communautés amérindiennes des deux Amériques à Vicam (Mexique) : « Le capitalisme nous a amené la propriété privée, l'injustice, la violence et la tyrannie, les ravages d'une extermination sanglante par la croix et l'épée. Pour nous, peuples originels, le système capitaliste est totalement contraire à nos principes. Cette guerre capitaliste nous affecte tous, tous les pauvres, pas seulement les indiens. Ce monde n'aura aucune chance de continuer à exister si ce sont ceux d'en haut qui gagnent cette guerre ».

La lutte des peuples autochtones, au Pérou et ailleurs, s'inscrit dans un projet global de révolution sociale. Avec nos compagnes et compagnons magonistes de la révolution mexicaine, avec nos compagnons cénétistes de la révolution espagnole :
« Tierra y Libertad » pour tous les peuples du monde!


Secrétariat aux Relations Internationales
Fédération Anarchiste (France)

dimanche 21 juin 2009

Police partout ...




Nous fêtions quelque chose de triste et encourageant à la fois ce vendredi 19 juin. Il y a un an, le Centre de Rétention Administrative (là où l'Etat français emprisonne les sans-papiers) de Vincennes prenait feu. Si rien n'est plus beau qu'une prison qui brûle, l'incendie de ce CRA, la révolte de celles et ceux qui y sont enfermés, était tout de même superbe. Néanmoins, la machine à arrêter, à expulser, ne s'est cependant pas enrayée. Les saloperies se poursuivent, chaque jour, avec sont lot de drames, de morts, et de désespoir. Le rassemblement de ce vendredi soir marquait donc la solidarité sans faille envers les enfermés. Mais si les gens enfermés subissent l'horreur des privations de liberté, ces menaces sur les libertés de chacun s'accentuent chaque jour, et, de plus en plus, deviennent chaque jour des réalités de plus en plus concrètes. Ainsi, pour ce rendre ne serait-ce qu'à proximité de ce CRA pour crier notre solidarité envers les enfermés, il nous a fallu passer plusieurs barrages policiers. Contrôles d'identités, d'adresses, fouilles des sacs, palpations, discours d'intimidation ... Au final, un de nos militants porte encore sur un bras les "bleus" infligés par les manières peu courtoises des "hommes en bleu", et, comble du comble, les flics nous ont volés un drapeau de la Fédération Anarchiste. Que 'on considère qu'un drapeau soit une arme ou pas, c'est un vaste débat, mais un vol reste un vol. La police française nous a donc volé un objet nous appartenant. Les faits sont là. Que les choses soient claires : cela ne fait que décupler notre détermination. Nous résistons, nous continuerons à le faire.
A bons entendeurs ...

mardi 16 juin 2009

Les fossoyeurs du mouvement social ...


Petit compte-rendu de la manifestation du 13 juin :

Manif triste, gens moroses, slogans sans entrain, mobilisation faible sinon catastrophique ...
Merci qui ? Merci les centrales syndicales !
Et oui grâce à leurs appels à une "journée de mobilisation nationale et interprofessionnelle" (oui "Grève générale" ça fait peur, ça fait anarchiste ...) une fois tous les mois et demi ont réussi à casser un mouvement qui était de grande ampleur (3 millions de personnes dans la rue le 19 mars !).
Et comme me le faisait remarquer une camarade : ils ont prévu la prochaine avant même que celle-ci ne soit passée, ce qui dénote leur indéfectible optimisme sur la victoire de cette journée ...
Même la CGT-force ouvrière est partisante d'une grève générale, d'une journée certes (FO n'est pas non plus la CNT), mais une grève générale quand même !
Alors, plus que jamais, face aux capitalistes et à leur crise, tous ensemble pour la Grève générale expropriatrice, autogestionnaire et pourquoi pas insurrectionnelle voire révolutionnaire !

... ET N'OUBLIEZ PAS : TOUS ENSEMBLE LE 21 JUIN CONTRE LA TERREUR SECURITAIRE ! (voir affiche ci-dessous)

jeudi 11 juin 2009

DIMANCHE 21 JUIN : MANIFESTATION !

Soyons là ! ... et nombreux !

Extradition ou pas ?

Ce mercredi 10 juin, nous étions présents, avec d'autres camarades de la Fédération Anarchiste et des militants d'autres organisations devant Beaubourg pour exiger la non extradition de deux militants allemands.
Ces derniers, en effet, ont commis des actes illégaux il y a plus de 35 ans, en Allemagne. Réfugiés en France en 1978, ils sont arrêtés en 2000 mais déclarés non extradables.
Aujourd' hui, sans aucun faits nouveaux, ceux-ci sont à nouveaux menacés d'extradition. Ces gesticulations juridiques et policières sont révélatrices du climat actuel. Alors que les capitalistes nous foutent chaque jour un peu plus dans la merde avec leur crise, l'Etat accompagne le mouvement en réprimant chaqe jour davantage.
S'il y a une Europe, c'est bien celle des capitalistes et de la flicaille. Sachons leur opposer celle de l'anarchisme et de la solidarité.
Rendez-vous mercredi prochain (17 juin, à 18h30), au même endroit.

vendredi 5 juin 2009

Fête du Combat Syndicaliste


Des membres du groupe Béton Armé et d'autres groupes de la Fédération Anarchiste seront présents à la Fête du Combat Syndicaliste au stand de la librairie PUBLICO. Venez nous rencontrer ! À La Parole errante, 9 rue François-Debergue, 93100 Montreuil. Métro Croix-de-Chavaux. Prix libre. Nombreux stands d’éditeurs, de revues et de labels, restauration.
Programme

Vendredi 5 juin 09 :

18h-20h : Projection : « Bernard, ni dieu, ni chaussette ». Documentaire sur un interprète de Gaston Couté. Suivi d’un débat avec Pascal Boucher, réalisateur et l’équipe des Mutins de Pangée.

19h30 : concerts.

- Serge Utge-Royo
- Bruno Daraquy
- Christiane Courvoisier (chansons d’espoir)
- La K-bine et Pizko Mc (rapkonsian)

Samedi 6 juin 09 :

10h-11h : Projection : « H&M, histoire d’une grève », court-métrage de David Futerman. En présence du réalisateur.

11h-13h : Projection : « Les LIP, l’imagination au pouvoir », de Christian Rouaud.

13h-15h : Débat : « Littérature et luttes sociales » avec Jean-Pierre Levaray (auteur)

14h-16h : Débat : « La convergence des luttes, de la maternelle à l’université » Débat animé par la revue N’Autre école.

15h-17h : Débat : « La lutte des travailleurs sans papiers »

17h-19h : Débat : « Les libertés publiques, dans quel état ? » En présence de Laurent Bonelli (sociologue), Mathieu Rigouste (sociologue), Maurice Rajsfus (historien).

18h- 20h : Projection : « J’ai très mal au travail ». En présence de Jean-Michel Carré, réalisateur.

20h : concerts.

- The Angry Cats (rockabilly)
- Guarapita (ska-punk)
- Heyoka (punk rock, reformation)
- Two Tone club (ska)

Dimanche 7 juin 09 :

10h-12h : Projection : « Le Feu et la parole » : projection de petits films zapatistes. Matinée animée par le CSPCL (Comité de solidarité avec les peuples du Chiapas en lutte).

13h-15h30 : Projection : « Chomsky et Cie ». Un film de Daniel Mermet et Olivier Azam, en présence d'Olivier Azam.

15h-17h : Projection : « Pour un Maghreb des luttes sociales ». Débat organisé par le Secrétariat International de la CNT, en présence de camarades de l’ATMF et de la FTCR.

15h30-18h : Projection : « Choron, dernière ». Un film de Pierre Carles et Martin. Suivi d’un débat avec le réalisateur

17h-19h : Débat ; « Palestine, résistances et solidarités ». Débat organisé par le groupe de travail Palestine du secrétariat international de la CNT

19h: Intervention CNT : « Quelle alternative anarcho-syndicaliste et syndicaliste révolutionnaire à la crise ? ».

19h30 : concerts.

- Midnight Rovers (rockabilly) - Kalash (rapkonsian) - Jim Murple Memorial - Ministère des affaires populaires (rap musette)

mardi 12 mai 2009

La bibliothèque anarchiste


Samedi 23 mai 2009, à 16h30

Rencontre avec Michael Paraire,co-auteur de l'ouvrage consacré aux grands penseurs de l'anarchisme et animateur de l'émission "la bibliothèque anarchiste" sur Radio Libertaire, à l'occasion de la sortie en livre et CD MP3 de textes et commentaires présentés lors de son émission.



Librairie du Monde Libertaire - 145 rue Amelot - 75011 PARIS
M°Oberkampf - République - Filles du Calvaire




LA BIBLIOTHÈQUE ANARCHISTE
Éditions du Monde Libertaire et Radio Libertaire


Michael Paraire, Philippe Paraire et Michel Baudouin.

Illustrations de Laurence Biberfeld




Il est temps de retrouver le plaisir de lire. Non pas pour s'isoler dans la méditation ou chercher on ne sait quelle irremplaçable intériorité. Il y a d'autres livres pour cela.
Lire pour renouer avec les textes des fondateurs de la pensée libertaire qui furent tous des révolutionnaires dans l'action et qui ont beaucoup à nous dire sur la situation actuelle.
Lire, donc, pour recommencer à réfléchir sur ce qu'on pourrait bien faire, après avoir lu et écouté ce que ces « grands anciens » ont fait.
Écouter, lire pour agir. C'est le programme que vous propose la Bibliothèque Anarchiste.

Dans ce livre et dans le CD MP3 sont présentés et commentés les textes suivants : Le Sabotage et L'Action directe d'Émile Pouget, La Morale Anarchiste de Pierre Kropotkine, Évolution et Révolution d'Elisée Reclus, Solution du problème social de Pierre-Joseph Proudhon, Idées sur l'organisation sociale de James Guillaume, Notre Programme de Michel Bakounine, Articles Politiques d'Errico Malatesta, La Société mourante et l'anarchie de Jean Grave et Prise de possession de Louise Michel.

Pour commander le livre + le CD : http://www.librairie-publico.com/

C'était le 9 mai 2009 ...

dimanche 3 mai 2009

1er MAI

Deux manifs pour nous ce jour là : une première libertaire qui partait Place des fêtes et rejoignait République puis l'autre avec les syndicats. On est arrivé sur la place les bleus nous attendaient et commencent à nous coller aux basques. On installe la sono et on attend la CNT. Midi : top départ, on est 1500, ce qui est pas mal...!! Des colleurs fous mettent des affiches comme celle-ci :
Pour la deuxième manif, on a mis le camion-sono et des tables avec le Monde Libertaire, des stickers, tracts, affiches...Beaucoup de monde sous le soleil et que vois-je dans le cortège CNT ? Francis Lalanne !!! Trop fort....!!